vendredi 22 mars 2019
Accueil / Vidéos / VIDÉO – Nouveau schéma national d’intervention : la théorie et la pratique

VIDÉO – Nouveau schéma national d’intervention : la théorie et la pratique

Mieux coordonner le travail du GIGN, du Raid et de la BRI en cas d’attaque terroriste et « conduire la guerre du temps » : le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé, mardi 19 avril 2016, symboliquement dans la cour de l’Hôtel de Beauvau, le nouveau schéma national d’intervention.

Bernard Cazeneuve a annoncé la fin des zones de compétence entre Gendarmerie et Police en cas d’attentats, sur le principe de l’« urgence absolue ». « Il est impératif que les antennes du Raid et du GIGN puissent intervenir là où elles sont présentes, sans être entravées par des procédures complexes », a t-il poursuivit.

Le ministre a également confirmé la création de trois nouvelles antennes régionales du GIGN (Nantes, Reims, Tours), et de trois antennes du Raid (Toulouse, Montpellier, Nantes). Il a annoncé le renforcement des effectifs de la BRI de la Préfecture de police de Paris : « La BRI de la Préfecture de police de Paris verra ses effectifs abondés de manière significative ».

L’Unité de coordination des forces d’intervention (Ucofi) jouera un rôle de premier plan dans la mise en place de ce schéma en facilitant la coordination opérationnelle des unités d’intervention. « L’Ucofi doit être désormais l’instance centrale de la mise en œuvre du schéma national d’intervention, a déclaré M. Cazeneuve. Elle aura pour mission de faciliter la coordination opérationnelle des unités d’intervention spécialisées grâce à la mise en place de procédures destinées à fluidifier la prise de décision commune. » L’Ucofi, commandée actuellement par un commissaire de Police, sera chargée d’évaluer les 130 « capacités critiques » recensées par les unités d’intervention, qui pourront alors intervenir en fonction de leurs spécialités.

Première traduction de ce nouveau schéma national d’intervention, GIGN, Raid et BRI ont réalisé un exercice commun d’attaque terroriste multi-sites à la gare Montparnasse à Paris dans la nuit de mardi à mercredi. Quelque 150 policiers et gendarmes ont participé à cet exercice grandeur nature simulant l’attaque de neuf terroristes au sein même de la gare, dans deux rames de TGV et dans une salle.

Nathalie DELEAU

A voir également

Deux ans de prison ferme pour le chauffard ivre ayant tué le gendarme Jonathan Visch (Vidéo)

L’automobiliste de La Chapelle-Heulin (Loire-Atlantique) qui avait tué le 11 juin 2017 Jonathan Visch, un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *