samedi 26 septembre 2020
Accueil / Vidéos / VIDÉO – L’Entretien politique – Virginie Duby-Muller

VIDÉO – L’Entretien politique – Virginie Duby-Muller

Entretien avec Virginie Duby-Muller, députée (Les Républicains) de Haute-Savoie (4è circonscription), membre de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation. Thème abordé : la féminisation en Gendarmerie.

Pour lire la version longue de cet entretien, cliquez ici. Un entretien à retrouver également dans les pages de votre mensuel “L’Essor” de novembre 2015 (n°487).

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. CHARRIERE

    je suis pour la féminisation de la Gendarmerie mais ni pour la parité ni pour des quotas . Les femmes apportent un côté “soft” à l’institution et sont plus à l’écoute de problèmes de femmes qu’elles peuvent entendre. C’est là mon sentiment.

  2. Je suis aussi pour la féminisation mais pas à tout prix. Il faut que cela apporte à l’institution. J’ai pu constater lors de ma carrière que leur façon d’appréhender certains problèmes (surtout en judiciaire) était très novateur. Par contre, je me suis retrouvé confronté à ses limites. Une patrouille de nuit avec une collègue féminine peut rapidement tourner au désastre. Comment en vouloir à notre collègue de se réfugier dans le véhicule de dotation en cas d’interpellation musclée sur laquelle le COG nous a envoyé. Résultat je me retrouve seul devant l’individu. Nous devons non seulement gérer l’intervention mais aussi la réaction de notre collègue. Impossible ensuite d’évoquer ce genre de soucis pour que la situation progresse sans être taxé de misogynie par notre hiérarchie. J’ai eu aussi l’occasion de discuter avec un commandant de communauté de brigades dont l’une de ses BT possède un effectif de trois gendarmes féminins (sur huit). Il lui est arrivé de ne pas pouvoir faire autrement que de faire sortir en patrouille nocturne deux gendarmes féminins. Dans certains cas, nous avons encore tous en mémoire les drames que cela occasionnent. Si la féminisation doit apporter plus de problèmes que d’avantage sur le terrain, il ne peut alors que s’agir d’un atout politique qu’il serait peut-être temps d’expliquer. Pour résumer mon sentiment, actuellement la féminisation apporte en unité spécialisée (mélanie par exemple) mais pas en unité de terrain (brigades territoriales).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *