lundi 27 mai 2019
Accueil / Vidéos / VIDÉO : Débat sur le droit d’expression des militaires

VIDÉO : Débat sur le droit d’expression des militaires

Mardi 16 décembre 2014, Alain Dumait, directeur du journal “L’Essor de la Gendarmerie nationale” organisait un débat à l’Assemblée nationale sur le thème : “Quel futur sur le droit des militaires à s’organiser et à s’exprimer?”

Une réunion au cours de laquelle sont intervenus notamment le lieutenant-colonel de Gendarmerie Jean-Hugues Matelly, initiateur du projet GENDXXI et Jacques Bessy, président de l’Adefdromil. Un débat co-présidée par Alain Moyne-Bressand, député UMP de l’Isère et Jean-Michel Villaumé, député PS de la Haute-Saône, tous les deux membres de la commission de la Défense nationale et des forces armées.

Personnalités invitées :

– les requérants des arrêts du 2 octobre : Jacques Bessy (pour l’Adefdromil) et Jean-Hugues Matelly.
– des parlementaires des différents groupes politiques
– les autorités militaires (ministère de la Défense et DGGN, invités)
– des juristes (en particulier M. Olivier Gohin, professeur de droit constitutionnel et public à Paris2  ; MM. Florent Baude, professeur à Lille2 et Fabien Vallée, juriste d’entreprise, co-auteurs du Manuel de la défense ; et Maître Elodie Maumon, co-auteur du Guide des droits et démarches des militaires)
– l’UNPRG (représentée par son vice-président Gérard Sullet)
– autres associations et observateurs
– “Témoin” : M. Luc Bérille, secrétaire général de l’Unsa.
– agences, presse et médias
– un panel de lecteurs de “L’Essor” (gendarmes actifs, retraités, société civile)

A voir également

Les tags sur la façade de la Gendarmerie de Landivisiau (Capture d'écran le Télégramme)

Des tags appelant au suicide inscrits sur la gendarmerie de Landivisiau (Vidéos)

Des slogans haineux appelant au suicide des policiers ont été inscrits sur la façade de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !