samedi 19 octobre 2019
Accueil / A la une / Un giratoire Colonel Beltrame et une grenade géante à Mandelieu-la-Napoule, ville “gendarmique”

Un giratoire Colonel Beltrame et une grenade géante à Mandelieu-la-Napoule, ville “gendarmique”

Un  giratoire colonel Arnaud Beltrame et une grenade géante de la Gendarmerie ont été inaugurés à Mandelieu-la-Napoule devant la caserne de Gendarmerie. La ville est très attachée à l’Arme, son maire, Sébastien Leroy (LR) étant petit-fils de gendarme et son prédécesseur, le sénateur Henri Leroy, ancien officier de Gendarmerie.

Double inauguration ce lundi 24 juin devant la caserne qui accueille la communauté de brigades de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes). Le giratoire situé devant la communauté de brigades de cette commune azuréenne, a été baptisé du nom du colonel Arnaud Beltrame.

Profitant de ce dévoilement de plaque en présence du général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie, le maire, Sébastien Leroy a fait dévoiler pendant son discours (vidéo) une grenade géante en inox supportant la devise de l’Arme “Pour la Patrie, l’Honneur et le Droit”. Cette stèle est illuminée la nuit.

Après le chant du départ chanté par les élèves de CM2 de l’école Marie Curie, les allocutions se sont enchaînées.

Le maire s’adresse au colonel Beltrame

D’abord le maire. Dans un discours ferme, il s’est adressé au colonel Beltrame. “Colonel puissiez vous de votre éternité pardonner à une nation qui depuis des décennies se voile la face. L’heure est venue d’ouvrir les yeux. L’heure est venue de ne rien céder à cet ennemi et à cette idéologie mortifère. A ces barbares qui grandissent parmi nous, à ces traîtres qui nous poignardent dans le dos.” (discours en intégralité sur la vidéo jointe).

Lire aussi sur L’EssorHenri Leroy : premier gendarme à siéger au sénat

UNe 530
Nous avons consacré le portrait du magazine N°530 au sénateur Henri Leroy

Puis, c’est son oncle, le sénateur (LR) Henri Leroy, premier gendarme à siéger au Sénat, qui a pris la parole. En préambule, l’ancien maire de la commune de 1995 à 2017, a évoqué “le devoir de chaque Française, de chaque Français, de perpétuer le souvenir de ce héros d’une bravoure à l’identique de tous ces héros qui ponctuent l’histoire de France”. Il s’est alors adressé aux quatre élèves officiers de la promotion Beltrame symboliquement présents. “Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime…les ancêtres nous ont fait ce que nous sommes…la souffrance en commun unit plus que la joie !

“Je ne parle pas de sacrifice mais de choix”

Pour sa part, le général Lizurey, après avoir estimé que les forces de l’ordre avaient besoin de soutien, a chaleureusement remercié les élus pour l’organisation de cette cérémonie.

Lui aussi s’est adressé aux élèves-officiers de l’EOGN de la promotion Beltrame en ces termes:

nous n’attendons pas de vous que vous soyez des super héros ni des surhommes. Arnaud Beltrame n’était pas un super héros ni un surhomme. Nous attendons de vous que vous soyez comme lui, présents auprès de la population et prêts à la défendre en tous lieux, en tous temps et en toutes circonstances”.

Le patron des gendarmes a ensuite évoqué le choix d’Arnaud Beltrame de servir la population. “Je ne parle pas de sacrifice, mais de choix”. “Les hommes et les femmes de cette brigade, de cette compagnie, de ce groupement ont tous fait un choix eux aussi. Le choix de l’engagement au service d’autrui” a poursuivi le DGGN.

Eric Ciotti, député et représentant le président du conseil départemental a quant à lui rendu hommage au colonel Beltrame à son tour. Puis a rappelé que la caserne de Mandelieu avait été financée comme d’autres par le conseil départemental des Alpes-Maritimes. Le préfet, Bernard Gonzales, ancien du service action de la DGSE et qui sait que ce signifie le sens de l’engagement au service d’autrui, a aussi longuement rendu hommage à Arnaud Beltrame.

Didier Chalumeau

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

A voir également

Le forcené tué dans l’Oise, un “suicide by cop”

C'est, comme disent les Américains, un "suicide by cop". Le forcené d'Ercuis a crié "Tuez-moi, tuez-moi" aux gendarmes du GIGN en leur tirant dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *