lundi 19 août 2019
Accueil / A la une / Roger Jobard, 96 ans, le plus ancien abonné de l’Essor témoigne (Vidéo)

Roger Jobard, 96 ans, le plus ancien abonné de l’Essor témoigne (Vidéo)

L’Essor a rencontré Roger Jobard, 96 ans, de Suzannecourt (52), plus ancien abonné connu à l’Essor puisqu’il lit la Voix de la Gendarmerie devenue l’Essor de la gendarmerie Nationale depuis 70 ans. Retrouvez son portrait complet et son interview dans L’Essor N° 522

Roger Jobard (Photo JFC/L’Essor)

Une carrière de gendarme bien remplie.
Roger Jobard est né le 18 janvier 1922. Pendant la seconde guerre mondiale, en 1943, alors qu’il a 21 ans, comme presque tous les jeunes qui n’avaient pas fait de service militaire à cause du début du conflit, il est envoyé au STO en Haute-Silésie, ancienne province de l’état libre de Prusse, actuellement située en Pologne. A son retour en 1945, il fait une demande d’intégration en Gendarmerie et est admis le 16 mars 1947 au fort de Charenton pour 3 mois. Il rejoint Horb en Allemagne où il doit en principe effectuer un stage en gendarmerie mobile avec les troupes d’occupation. A sa plus grande surprise, il reste en Gendarmerie départementale comme interprète. Bien que n’étant titulaire que du CEP. Il parle allemand grâce à son séjour au STO et au cours de la méthode ASSIMIL.

Deux ans en Indochine

Il rejoint une brigade en Sarre, puis en juin 1949, il part pour l’Indochine au sein de la 2ème légion de marche de la Gendarmerie, unité combattante. Il y restera 2 ans.
De retour en 1951, il passe 7 ans à la brigade d’Haussignemont (51). Maréchal des logis chef  le 1er janvier 1958, il prend le commandement de la brigade motorisée de Bar-le-Duc. Cette brigade sera transformée en peloton en 65. Alors adjudant Roger Jobard sera le premier commandant de peloton motocycliste de la Meuse. Atteint par la limite d’âge des motocyclistes à 48 ans, il devient en 1969, commandant de brigade de Commercy (55) puis en 71, promu adjudant-chef, il prend le commandement de la brigade d’Uckange. En août 1973, il prend sa retraite mais retravaille dans le civil comme responsable sécurité dans une usine de production électrique.
En 1982, il prend sa vraie retraite.

Un abonné investi dans la vie militaire et Gendarmerie.

Il prend son premier abonnement en 1948 à la Voix de la Gendarmerie, comme les gendarmes de sa brigade en Sarre. Il y sont tous abonnés. Il a toujours été fidèle à son journal  jusqu’à ce jour et étant optimiste de nature, il a renouvelé son abonnement pour deux ans en juillet dernier!
Par ailleurs, il a deux fils gendarmes auxquels il a offert un abonnement à leur sortie de l’école de Gendarmerie. Son fils Didier a terminé capitaine à l’école de Chaumont en 2010 et son second fils Rémy est décédé en 1985, dans un accident de la circulation en service. Avec 3 camarades, il se rendait en instruction OPJ à Chaumont. Les quatre gendarmes occupants la Renault 4 de l’époque sont tous décédés.

Médaille d’or de l’UNPRG

Roger Jobard a été secrétaire des médaillés militaires de Haute-Marne pendant 2 ans puis président pendant 16 ans. Il est adhérent de l’UD UNPRG de la Haute-Marne depuis 1975. Il a reçu la médaille d’Or de l’UNPRG.

Médaillé militaire, il est également titulaire de la croix du combattant, du titre de la reconnaissance de la nation et deux médailles commémoratives d’extrême-orient.

Cet abonné depuis 70 ans, juge plus intéressant le contenu actuel, qu’il trouve plus documenté et qui lui permet de suivre l’évolution de la Gendarmerie.
L’Essor remercie Roger Jobard et lui souhaite encore de nombreuses années de lecture de notre magazine.

A voir également

La 496ème promotion de Chaumont honore Georges Guillaume, un gendarme fusillé en 1944

La 496ème promotion de l'école de Gendarmerie de Chaumont, dernière de l'année 2019, a été baptisée. Elle honore le gendarme Georges Guillaume, fusillé en 1944.

2 Commentaires

  1. jocelyne Quilliot Denaux

    Bonjour Mr Jobard je suis Jocelyne Quilliot, la fille de théodore le voisin d’enface à la gendarmerie d’Haussignémont.

    Bonjour à Daniel et Didier

    Jocelyne

    • Didier JOBARD

      J’ai avisé mon père du commentaire. Il a été ravi et se souvient parfaitement de ses voisins et amis QUILLIOT. Pour ma part, j’ai quitté Haussignémont à 3 ans et je n’ai pas beaucoup de souvenirs.
      Didier Jobard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *