mardi 20 août 2019
Accueil / A la une / Les gendarmes dans la crise des Gilets jaunes: l’attaque du peloton autoroutier de Narbonne (vidéo)

Les gendarmes dans la crise des Gilets jaunes: l’attaque du peloton autoroutier de Narbonne (vidéo)

Le vendredi, ils prennent le café avec les gendarmes. Le samedi, ils brûlent les locaux des militaires. L’attaque du peloton autoroutier de Narbonne est l’un des exemples les plus frappants de la bouffée de violence des Gilets jaunes qui visera les gendarmes cet hiver.

Au cours de la nuit du 1er au 2 décembre 2018, le péage de la Croix-du-Sud (Aude) flambe. Ce soir-là, ils sont onze dans les locaux du peloton autoroutier, accompagnés d’un sous-préfet et d’un commissaire de Police. En face, environ 200 personnes qui se livrent à des dégradations importantes, comme avec cet engin de chantier utilisé pour détruire le grillage.

Lire aussi sur L’Essor: Peloton d’autoroute de Narbonne incendié : “en infériorité numérique, les gendarmes ont pris la bonne décision en se retirant” (actualisé)

Le sang-froid du peloton autoroutier

Selon BFMTV, qui a réalisé un documentaire très fouillé sur la crise des Gilets jaunes, une trentaine de gendarmes mobiles sont alors présents. Mais à 22h30, à court de grenades lacrymogènes, ils quittent les lieux. Les gendarmes du peloton réagissent avec sang-froid abandonnent les locaux. Mais ils emportent avec eux les matériels sensibles comme l’armement et les radios.

“Ils étaient en infériorité numérique: c’était la bonne décision à prendre, soulignera le général Jean-Valéry Lettermann, le commandant en second de la région Occitanie. La Gendarmerie a fait le choix de partir pour mieux revenir de manière judiciaire.”

Saisie, la section de recherches de Montpellier mène l’enquête. Les experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) assistent les enquêteurs. En janvier 2019, douze suspects sont interpellés suspectés d’avoir participé à l’attaque du peloton autoroutier. Huit personnes seront ensuite mises en examen et écrouées dans cette affaire. Hasard du calendrier, le péage rouvrira ses portes aux mêmes dates.

G.T.

A voir également

La 1ère compagnie de l’école de Dijon à la nécropole de la guerre d’Indochine pour honorer son parrain

La 16ème promotion de l'école de Gendarmerie de Dijon s'est rendue au mémorial des morts d'Indochine à Fréjus afin d'honorer leur parrain, ancien d'Indochine.

2 Commentaires

  1. A l’époque, oui je suis un retraité de 75 ans, il existait un plan de défense de la caserne où chacun avait un poste et un rôle à jouer en cas d’attaque! Est-ce que ce plan n’existe plus? Sûr que ça n’a pas été Cameron à Narbonne! Autres générations, autres mœurs!

  2. Christian GEVOLDE

    Les collègues Mobiles de SATORY, militaires étaient mobilisés en maintien de l’ordre au CHAMPS ELYSEE. Nous avons entendu sur le chaines télévisées les commentaires de la Mairie de Paris, du Ministère de l’intérieur, mais pas de commentaire du Ministère des Armées, pourquoi ? Est ce que l'”Intérieur commanderait l’ Armée qui se doit d’être apolitique ?
    Je suis retraité de l’ Arme et surtout militaire jusqu’à ma mort, je me devais de poser cette question.
    Mes respects à l”Armée.i

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *