mardi 12 novembre 2019
Accueil / A la une / L’adjudant Alain Nicolas de l’AGIGN d’Orange, parrain de la 15 ème promotion de Dijon (Vidéo et diaporama)

L’adjudant Alain Nicolas de l’AGIGN d’Orange, parrain de la 15 ème promotion de Dijon (Vidéo et diaporama)

La 15ème promotion de l’école de Gendarmerie de Dijon a choisi l’adjudant Alain Nicolas de l’antenne GIGN d’Orange. Il a été tué le 21 mai 2016 par un forcené à Gassin dans le Var.

Baptême pluvieux, baptême heureux! C’est en effet sous une pluie battante que la 15ème promotion de l’école de Dijon a été baptisée le jeudi 25 avril 2019.

La famille d’Alain Nicolas était présente (Photo JF Cortot/L’Essor)

Les parents du parrain, sa veuve et son plus jeune fils, ont assisté à la cérémonie. Des représentants des antennes GIGN d’Orange et de Dijon étaient également aux côtés de la famille.

Lire aussi sur L’EssorGassin : un gendarme du GIGN tué lors d’une intervention contre un forcené

Le portrait du parrain acheminé par hélicoptère!

Cette cérémonie a été marquée par une arrivée pour le moins originale du portrait du parrain. Le cadre a été en effet symboliquement héliporté par la section aérienne de Dijon. Quatre gendarmes de l’antenne GIGN sont descendus de l’hélico par aérocordage. Ils ont ensuite apporté le portrait sur la place d’armes.

Lire aussi sur L’EssorIntervention tragique de Gassin: douze gendarmes de l’antenne GIGN d’Orange distingués

Un élève gendarme a été décoré par le général de division Armando de Oliveira. Le directeur des personnels militaires de la Gendarmerie qui présidait la cérémonie lui a remis la médaille d’or de la défense nationale. Avec une citation pour son action lors de l’attentat de Trèbes. (*)

Lire aussi sur L’Essor: Un élève gendarme de Dijon cité pour son action lors de l’attentat de Trèbes

A l’issue de la cérémonie, le général Bertrand François, commandant de l’école,  s’est adressé aux élèves. Il leur a rappelé que la Gendarmerie sait reconnaître le travail de chacun. Il a cité en exemple le général de Oliveira qui a débuté son parcours comme gendarme.

Une promotion a forte identité militaire

Le 3 septembre 2018, 125 élèves avaient intégré la 5ème compagnie formant la 15ème promotion. 110 élèves ont achevé la formation. Celle-ci se compose de 82 élèves masculins et 28 élèves féminines.

Cette promotion comprend 69 anciens gendarmes adjoints volontaires dont un aspirant issu du volontariat (AGIV). Elle compte également 21 anciens militaires et 19 réservistes, ainsi qu’un adjoint de sécurité de la Police nationale.

Trois pilotes d’hélico, deux chefs de quart et un montagnard

Plusieurs anciens militaires des armées de la promotion ont des compétences reconnues. Ils seront employés directement dans leurs spécialités. Ainsi, trois sont pilotes d’hélicoptère. Deux sont chefs de quart issus de la Marine. L’un, ancien des troupes de montagne, possède la compétence ski et alpinisme. Un autre a une compétence particulière linguistique. Il parle les langues Kanak.

Par ailleurs 43 élèves, dont 5 féminines rejoindront la gendarmerie mobile. 7 élèves, dont 2 féminines, intègrent la Garde républicaine, dont l’une au titre de la compétence musique.

Alain Nicolas de l’antenne GIGN d’Orange, parrain

Le portrait du parrain a été acheminé par hélicoptère par ses camarades de l’AGIGN (Photo JF Cortot/L’Essor)

Alain Nicolas naît à Saint-Étienne (42) le 18 avril 1978. A l’âge de 21 ans, il effectue son service militaire en qualité de gendarme auxiliaire en gendarmerie maritime. A 22 ans, il s’engage comme gendarme adjoint volontaire et est affecté au peloton d’autoroute de Noiretable (Loire).

Le 7 janvier 2003, il entre en école de sous-officier. À sa sortie le 21 juillet 2003, il intègre l’escadron de Bron (69). Puis rejoint le peloton d’intervention le 27 juillet 2005 et est promu maréchal des logis-chef en 2009.

Il rejoint la Guyane le 28 août 2010, au sein du Groupe des pelotons d’intervention outre-mer, à Cayenne. Très attaché à ce département d’outre-mer, il y sera blessé en service.

Le 31 août 2014, il est affecté au PI2G d’Orange qui deviendra l’antenne GIGN d’Orange. Sa promotion au grade d’adjudant intervient le 1er novembre 2014.

Tué par un forcené

L’antenne GIGN d’Orange est engagée le 21 mai 2016 sur un forcené à Gassin (83) à la suite à de violences conjugales avec arme. Un homme a tiré des coups de feu sur son ex-épouse. L’alerte opérationnelle de l’unité est alors composée de 13 militaires (2 officiers/11 sous-officiers). L’adjudant Nicolas occupe la fonction d’appui observateur.

A 11h15, les éléments d’appui/observation empruntent leurs itinéraires respectifs pour se mettre en place.

5 minutes après, une détonation est entendue à 100 mètres à l’ouest de l’habitation. Au cours de sa progression, à un angle de buisson dans une végétation dense, l’adjudant Nicolas se trouve face à l’individu armé. Ce dernier ouvre le feu. Il reçoit une décharge de chevrotine à hauteur du visage et dans l’épaule.

Bien que pris en charge et médicalisé, il décède rapidement.

Père de deux enfants

L’adjudant Nicolas était marié depuis 2008. Il était père de 2 enfants âgés de 11 et 6 ans au moment des faits. Promu capitaine à titre posthume, il a été cité à l’ordre de la Gendarmerie avec attribution de la médaille de bronze de la Gendarmerie. Décoré de la Légion d’honneur, il arbore aussi la Médaille militaire. Il a aussi la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement à titre posthume.

Benoît Ponthieux, un pilote d’hélicoptère major de la promotion

Le major de promotion va rejoindre les forces aériennes de la Gendarmerie (Photo JF Cortot/L'Essor)
Le major de promotion va rejoindre les forces aériennes de la Gendarmerie (Photo JF Cortot/L’Essor)

Agé de 32 ans, le major de la promotion est un militaire expérimenté et très qualifié. Il intègre l’armée de l’air en 2006 à l’âge de 19 ans er réalise son rêve: voler en hélicoptère comme pilote ou mécanicien. Il sert ainsi 12 ans dans les hélicoptères Puma. Après un an et demi en Nouvelle-Calédonie, il reste 7 ans à la BA 120 de Cazaux à l’escadron 1/67 Pyrénées.

La Gendarmerie était un projet depuis de nombreuses années” explique Benoît qui ne visait pas la place de major. “J’ai choisi de mettre toutes les chances de mon côté pour retrouver ma compétence de pilote dans la Gendarmerie” poursuit le futur pilote d’hélico bleu. Le gendarme Ponthieux rejoint le détachement aérien Gendarmerie d’Amiens (DAG).

Loïc Le Bris, un marsouin président de la promotion

Loïc le Bris, président de la promotion a servi dix ans dans les troupes de Marine (Photo JF Cortot/L'Essor)
Loïc le Bris, président de la promotion a servi dix ans dans les troupes de Marine (Photo JF Cortot/L’Essor)

Loïc Le Bris rejoint l’Arme après 10 ans dans l’Infanterie de marine au Mans. (2ème RIMa) Il a terminé chef de groupe de combat d’infanterie. Il a participé à une dizaine d’opérations extérieures.

Après un mois à l’école de Dijon, ses pairs le choisissent comme président de promotion avec une large majorité de 80 voix sur 110.

J’avais envie de m’investir et de donner un fil conducteur à la promo. Dans mon expérience professionnelle antérieure au sein de l’infanterie de marine, la cohésion était importante; j’ai essayé de ramener cette cohésion à la promotion, chose qui semblait manquer à certains moments. On a réussi tous ensemble à obtenir une belle cohésion et à avoir une belle promotion soudée”.

Le gendarme Loïc Le Bris, 18ème du classement, rejoindra la brigade de proximité de Saint-Gildas-des-Bois (Loire-Atlantique).

JF Cortot

L’Essor souhaite une longue et belle carrière aux nouveaux gendarmes de la 15ème promotion. Les premiers du classement et le président de promotion recevront un abonnement d’un an au journal.

(*) En présence de Christophe Marot, secrétaire général de la préfecture de Côte d’Or. Le général Thierry Cailloz, commandant de la région Bourgogne Franche-Comté était également présent. Tout comme son adjoint, le général Pascal Hurtault, futur commandant de l’école.

A voir également

Le nombre de gendarmes blessés à la suite d’une agression en forte hausse en 2018

Selon l’ONDRP, le nombre de gendarmes blessés en 2018 à la suite d’une agression est en forte hausse de 20%. Une tendance inquiétante.

Un commentaire

  1. Un bel exemple pour ces élèves de la gendarmerie.
    Dans les années 70/80, J’ai travaillé 10 ans aux infrastructure de la gendarmerie – 1er gbgm- gign à Satory, … .
    J’y suis toujours resté attaché et tout ce qui la touche, me touche.

    Souvenir ému pour l’Adjudant Alain Nicolas.

    Adjudant-Chef du Service des travaux du Génie Militaire (SID).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *