mardi 1 décembre 2020
Accueil / Vidéos / VIDÉO – La DGSE déclassifie les fonds d’archives « Enigma » et « Indochine »

VIDÉO – La DGSE déclassifie les fonds d’archives « Enigma » et « Indochine »

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a annoncé mercredi 2 décembre, lors d’une conférence de presse, la déclassification de ses fonds d’archives portant sur le déchiffrement de la machine Enigma (1932-1941) par les services français et sur la présence du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (Sdece, devenue DGSE) en Indochine. Ces deux fonds avaient été versés au Service historique de la défense (SHD) au château de Vincennes.

 

Cette conférence de presse était la première de l’histoire de la DGSE.

ENIGMA - MACHINES ENIGMA RECONSTITUEE PAR BERTRAND
Machine Enigma reconstituée par Gustave Bertrand

A l’exception de quatre documents, tous les documents sur la machine de codage Enigma de l’armée allemande pendant la Seconde guerre mondiale, ont été déclassifiés, soit 600 documents. Ces archives sont dénommées « fonds Bertrand » du nom du général qui créa le service français du chiffre (codage et décodage des messages chiffrés militaires) au sein de l’état-major en 1930. Un fond qualifié de « mythique » par les historiens.

 

Le « fonds Bertrand » révèle en particulier la contribution essentielle de la France à la compréhension de la machine de chiffrement allemande grâce à une source au sein de l’état-major nazi. Il met au jour le rôle d’intermédiaire des services français entre les savants polonais, les premiers a avoir travaillé sur Enigma, et les services secrets britanniques.

La France a en effet fourni, quelques semaines avant le début du conflit, une des deux machines reproduites par les cryptologues polonais aux services secrets de sa Majesté.

ENIGMA - PLAN DE LA MACHINE ENIGMA RECONSTITUEE PAR BERTRAND
Plan de la machine Enigma reconstituée par le général Bertrand

Lors de la conférence de presse, Nathalie X. (la règle sur l’anonymat interdit d’identifier ou de filmer les membres des services de renseignements français), responsable des archives à la DGSE, a replacé le rôle des Polonais et des Français dans le déchiffrement d’Enigma. Un rôle oublié par le film américano-britannique « The Imitation Game » (2014), symbolisé par Alan Turing (Benedict Cumberbatch dans le film) et l’équipe de Bletchley Park, qui passe sous silence le travail précurseur des services polonais et français.

 

« Cette déclassification n’est pas la première de la DGSE puisque des archives du BCRA (Bureau central de renseignements et d’action, services secrets de la France Libre) ont été déclassifiées. Elle est malgré tout inédite. Les archives du fonds Bertrand ajoutent la pièce manquante au puzzle des services de renseignements français, s’enthousiasme Olivier Forcade, professeur à la Sorbonne, et historien des relations internationales et du renseignement.

 

INDOCHINE - JOURNAL DE MARCHE DU GCMA
Journal de marche du GCMA

Ces documents, désormais mis à disposition des chercheurs et du grand public, ne constituent toutefois qu’une partie des archives rassemblées par Gustave Bertrand et son équipe. Une grande partie de ces archives furent en effet détruites par le général Bertrand lui-même en juin 1940 lors de la déroute de l’armée française et après l’invasion de la zone libre en novembre 1942 et l’arrivée des allemands dans son PC situé dans le Tarn.

Le fonds d’archives du Sdece en Indochine (1946-1956) représente quelque 230 cartons, soit 11 mètres linéaires. 226 ont été déclassifiés, dont 217 rendus intégralement accessibles. Ces documents, réclamés par les historiens, apportent un complément aux fonds déjà ouverts. Les fonds du Sdece apportent un éclairage inédit sur la période 1954-1956 après la défaite de Dien Bien Phu et le départ des forces françaises.

 

Cette ouverture des archives de la DGSE survient après celle des grandes centrales du renseignement comme la CIA américaine ou le MI6 britannique.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. flashlook

    Les fonds du Sdece apportent un éclairage inédit sur la période 1954-1956 après la défaite de Dien Bien Phu et le départ des forces françaises.

    remarque: une des guerres pas du tout glorieuse perdue pour l armée française et que la France a depuis tout fait pour tenter de faire oublier cette défaite, ces milliers de militaires français morts et prisonniers des viet !

  2. KERHERVE ANNICK

    Sur votre site l’essor, j’ai eu un début de réponse sur la recherche que j’effectue depuis longtemps. En effet, mon père était à Saïgon de 1946 à 1956 au service du contre-espionnage radio (civil mais rattaché à l’armée). Je voudrais écrire un roman et j’ai de nombreuses lacunes sur cette période. Pouvez-vous me dire quel était le Responsable de ce service ? Et quel était le Responsable de la SDECE à Paris et dans quel lieu? Etait-ce aux Invalides ou à la même adresse que la DGSE aujourd’hui ?
    Je vous remercie vivement des réponses que vous pourrez me donner?
    Bien cordialement.
    Annick KERHERVE
    P.S. – J’ai le rôle d’un Lt qui au service du renseignement radio (rôle qui reprend ce qu’avait vécu mon pèreaux renseignements radio).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.