dimanche 29 mars 2020
Accueil / A la une / La 489e promotion “garde Léon Brayer” de l’école de Chaumont baptisée (vidéo et diaporama)

La 489e promotion “garde Léon Brayer” de l’école de Chaumont baptisée (vidéo et diaporama)

La 489e promotion “garde Léon Brayer” de l’école de gendarmerie de Chaumont a terminé sa formation, après une scolarité de 9 mois. 108 élèves-gendarmes, sur les 125 incorporés, sont allés au bout de leur scolarité (86 garçons et 22 filles).

Issus du concours externe, beaucoup d’entre eux disposaient cependant déjà d’une expérience militaire. On comptait ainsi 2 anciens militaires, 33 anciens gendarmes adjoints volontaires (GAV) et 8 anciens réservistes de la Gendarmerie.

Le parrain : le garde Brayer

Le parrain Léon Henri Brayer est né le 28 septembre 1886 à Viels-Maisons, dans l’Aisne (02). Il est le onzième des treize enfants d’une modeste famille d’artisans bourreliers. Orphelin à dix-neuf ans, il part gagner sa vie à Paris comme garçon de café avant de s’engager dans l’armée, en 1905, au 67e régiment d’infanterie. De 1907 à 1908, il effectue une campagne en Tunisie avec le 4e régiment de tirailleurs algériens. Il part ensuite au Tonkin au sein de régiments d’infanterie coloniale, de 1908 à 1911. Placé dans la réserve à son retour en France, il est nommé garde républicain par décision ministérielle au début de l’année 1912. Léon Henri Brayer se marie à la mairie du 4e arrondissement de Paris, le 26 janvier 1918. Durant la Grande Guerre, il dépend de la prévôté de la 131e Division d’Infanterie, rattachée au XIe Corps d’Armée. Avec un camarade, il est blessé par un éclat d’obus, le 12 juin 1918, lors d’une mission de service d’ordre dans une rue de Villers-Cotterêts. Il meurt pour la France, victime de son devoir, sans laisser de descendance et repose à la nécropole nationale de Villers-Cotterêts. Léon Henri Brayer est décoré de la médaille coloniale avec agrafe Tonkin et de la Croix de guerre 1914-1918.

Major de promotion : élève-gendarme Kévin Martins

Né le 25 février 1994 à Troyes (10), demeurant à Saint-Julien-les-Villas (10), Kévin Martins se classe 4e au bilan d’étape et 1er au bilan final avec 17,15/20 de moyenne. Il est titulaire d’un baccalauréat technologique. Issu du civil, il a choisi la gendarmerie départementale et est affecté à la brigade de proximité de Vendoeuvre-sur- Barse (10).

Origines géographiques des élèves
– Toutes régions de France représentées
– Trois élèves ultra-marins (2 polynésiens et 1 martiniquais)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *