dimanche 29 mars 2020
Accueil / A la une / Chaumont: la 494ème promotion honore le gendarme Emile Richard, héros de la Résistance (Vidéo et diaporama)

Chaumont: la 494ème promotion honore le gendarme Emile Richard, héros de la Résistance (Vidéo et diaporama)

La 494ème promotion de l’école de gendarmerie de Chaumont a honoré le gendarme Emile Richard, héros de la Résistance.

La 494ème promotion “Gendarme Emile Richard” de l’école de Chaumont a été baptisée jeudi 13 juin. La cérémonie était présidée par le général de corps d’armée Philippe Guimbert, commandant la région Rhône-Alpes Auvergne.

Cette promotion compte 109 élèves. Ils étaient 117 lors de l’incorporation le 22 octobre 2018.

Une promotion très militaire

Parmi les 109 élèves, 87 sont d’anciens gendarmes adjoints volontaires. 12 sont d’anciens militaires des autres armées et 10 sont d’anciens réservistes. La moyenne d’âge est de 23 ans, mais le plus jeune a 19 ans et le plus ancien a 35 ans.

Lire aussi sur L’EssorL’adjudant-chef Wersinger, mort dans les geôles japonaises, honoré par la 493 ème promotion de Chaumont

Les 83 élèves masculins et les 26 féminines rejoindront prochainement leurs affectations. 43 rejoindront la gendarmerie mobile, dont cinq femmes. Huit iront à la Garde républicaine, dont trois femmes . 57 viendront grossir les rangs de la gendarmerie départementale (19 femmes et 38 hommes).

Quatre élèves bénéficient de places réservées en raison de leurs compétences, deux pour la compétence ski-alpinisme et deux pour leurs compétences en équitation.

Un président de “promo” médaillé militaire!

Le président de la promotion, un fantassin décoré de la médaille militaire!

Les élèves de la 494ème promotion ont choisi l’élève gendarme Alexandre Fretté comme président de promotion. Celui-ci, âgé de 33 ans, était sergent dans l’Armée de terre au centre d’entraînement aux actions en zone urbaine de Sissonnes (Aisne) ). Ce parachutiste est décoré de la Médaille militaire et de la croix de la Valeur militaire et de la croix du combattant. Il a choisi la gendarmerie mobile.

Un chasseur alpin titulaire de la Valeur militaire major de promotion

Le major de promotion est un ancien sous-officier des chasseurs alpins (Photo JF Cortot/L'Essor)
Le major de promotion Pierre Caumia Baillenx est un ancien sous-officier des chasseurs alpins (Photo JF Cortot/L’Essor)

Le major de promotion, l’élève gendarme Pierre Caumia Baillenx, 32 ans, vient également de l’Armée de terre. Il était sergent (inscrit au tableau d’avancement) et était chef de groupe au 7ème bataillon de chasseurs alpins (BCA) à Varces (Isère). Il a servi de 2007 à 2014 comme militaire du rang puis a intégré l’ENSOA de Saint-Maixent.  Il a servi en Guyane, en Nouvelle Calédonie, en Afghanistan et deux fois en Centrafrique. Il est titulaire de plusieurs décorations dont la croix de la Valeur militaire et la croix du combattant.
Spécialiste montagne, il rejoint l’escadron montagne de gendarmerie mobile de Grenoble.

Le parrain Emile Richard, héros de la Résistance

Emile Richard, né le 22 avril 1902 à Rarecourt (Meuse), intègre le 10 mai 1922 le 120ème régiment d’infanterie de Stenay.  Puis il rejoint le 8e régiment d’infanterie le 22 mars 1923. En 1928, il incorpore la Gendarmerie et devient sous-officier le 9 janvier 1931.
Courageux et souhaitant combattre l’oppression de l’Occupation, il intègre la France Combattante en décembre 1941. Il prend la tête du maquis dans le secteur d’Ecury-le-Repos (Marne). Il est muté en janvier 1943 dans la légion de Champagne et procède à de nombreux actes de résistance avec le réseau qu’il dirige sur le secteur, sous le pseudonyme de Victor.

Blessé au cours d’un assaut

Le 1er août 1944, Émile participe avec son groupe à une action importante consistant à détruire un dépôt ennemi. Dans le secteur de Jalons-Les-Vignes (Marne), le groupe se heurte à un détachement allemand. Au cours de l’assaut, Émile Richard est grièvement blessé. Il continue néanmoins avec beaucoup de courage à donner des ordres à ses hommes, permettant le repli en sécurité avec tout le matériel.
Épuisé par sa blessure, ordonnant qu’on le laisse sur place pour le bien de la mission, il est retrouvé deux jours plus tard. Il est transporté à l’hôpital de Sézanne (Marne). Il y décède le 5 août 1944.
Il est décoré de la Médaille militaire et de la croix de guerre 1939-1940 avec étoile de bronze. Il est, à titre posthume, décoré de la médaille de la Résistance avec rosette et élevé au rang de chevalier de la Légion d’honneur.
La famille du gendarme Emile Richard était représentée notamment par son fils.

Un gendarme adjoint volontaire cité pour son action à Trèbes

Au cours de la cérémonie sept élèves gendarmes ont été décorés.

L’élève gendarme Ayoub Bachoukh a été cité pour son engagement lors de l’attentat de Trèbes (Photo JFC/L’Essor)

Parmi eux, l’un a reçu une citation à l’ordre de la division avec attribution de la médaille de la Défense nationale échelon or avec étoile d’argent. Il s’agit de l’élève gendarme Ayoub Bachoukh de la 3ème compagnie. Alors gendarme adjoint volontaire, il a été engagé sur l’attentat de Trèbes au cours duquel le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a perdu la vie.

Télécharger (PDF)

Une élève gendarme a reçu la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement.

Elodie Cretté a reçu la médaille pour acte de courage et de dévouement par le secrétaire général de la Prfecture de la Haute Marne, M. François Rosa

Alors brigadière-cheffe à la communauté de brigades de Sainte-Menehould (Marne), elle a contribué à maîtrisé un forcené le 12 mars 2018. Dans le libellé de la décoration, le préfet a mis en exergue son “courage exemplaire”.

Libellé de la médaille des actes de courage et de dévouement attribuée à Elodie Cretté

Trois autres décorés ont reçu la médaille de la Défense nationale (un échelon or et deux échelon bronze) et les deux derniers ont reçu la médaille de la protection militaire du territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *