mardi 22 septembre 2020
Accueil / A la Une / Les 17 sportifs de haut niveau de la Gendarmerie nationale: réponses à 5 questions
Fantine Lesaffre
Fantine Lesaffre, championne d’Europe de natation, est également maréchal des logis au sein de la Gendarmerie (Crédit photo : Gendarmerie).

Les 17 sportifs de haut niveau de la Gendarmerie nationale: réponses à 5 questions

Ils sont 17 athlètes (9 femmes et 8 hommes), sportifs actuellement sous contrat avec la gendarmerie. Dans 9 disciplines différentes. La dernière recrue est le maréchal des logis Maxime Pauty, escrimeur.

Quelles sont les modalités de recrutement ?

L’athlète effectue une demande d’intégration dans l’Armée des champions auprès de sa fédération (CV et lettre de motivation). Si cette demande est validée par sa fédération, le dossier est transmis au Centre national des sports de la défense (CNSD), pour étude en commission de recrutement. Il y en a 2 par an en juin en décembre.

L’Agence nationale du sport et le CNOSF étudient aussi les dossiers de recrutement transmis par le CNSD et participent à la commission de recrutement. Pour la Gendarmerie, les sportifs sont recrutés comme sous-officier commissionné avec le grade de maréchal des logis. L’Arme les affecte dans le corps de soutien technique et administratif.

L’Armée des champions, c’est quoi?

Depuis plusieurs années, les trois armées et la Gendarmerie soutiennent les sportifs de haut niveau. L’idée? Renforcer le lien Armées-Nation. Le dispositif compte en tout cent sportifs valides et quinze sportifs en situation de handicap. Les autorités ont fixé le contingent des gendarmes à 16 postes. Ces sportifs bénéficient ainsi d’un environnement professionnel privilégié pour les accompagner sereinement vers la performance.

Quel rôle tiennent ces sportifs au sein de la Gendarmerie, comment sont-ils évalués ?

La Gendarmerie recrute ces sportifs de haut niveau en qualité de sous-officier du corps technique et administratif. Ces militaires sont, bien évidemment, notés. Leur passage de grade n’est donc pas fonctionnel. Il tient compte de leurs performances sportives. Mais également de leur investissement personnel consenti au profit de l’institution en termes de communication et de valorisation de l’image. 

Une fois leur carrière de sportifs de haut niveau terminé, que peuvent-ils espérer dans la Gendarmerie ou dans les armées ?

Les athlètes peuvent, s’ils le souhaitent, rester au sein des armées ou de la Gendarmerie au terme de leur carrière sportive au haut niveau. Ils peuvent aussi faire le choix de retourner dans la vie civile, avec la possibilité d’effectuer une reconversion. Les armées prennent en charge cette reconversion en totalité. Seule condition: que les athlètes aient effectué au moins quatre années de contrat.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Baumgartner Gilles

    En espérant qu’ils ne finiront pas culbutés par un délinquant ( qui prendra la fuite car déjà défavorablement connu des services de police…) avec une jambe arrachée dans le cadre d’un banal contrôle routier ! Comme cela a malheureusement été le cas pour la pauvre Mélanie Lémée, sportive de haut niveau, le 4 juillet dernier…

  2. par pitié , donnez lui une chemise à sa taille !!! regardez moi ce col de chemise, quelle rigolade !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *