jeudi , 17 juin 2021

Mondiaux de judo : retour sur l’exploit retentissant de l’adjudante Clarisse Agbégnénou

Magistrale Clarisse Agbégnénou ! En signant mercredi, son cinquième titre de championne du monde de judo, l’adjudante de la Gendarmerie nationale entre un peu plus dans la légende du sport français. Dans quelques semaines, elle pourrait tout simplement devenir une icône mondiale en cas de succès à Tokyo. L’or olympique est le seul titre qui manque à son immense carrière. “Il me reste deux objectifs, j’en remporte un en sachant que je ne devais pas faire les Championnats du monde donc je suis contente de repartir avec les cinq étoiles”, indiquait-elle après cette cinquième couronne mondiale.

Elle veut tout : les Mondiaux et les Jeux olympiques

En effet, après avoir montré une « manita » pour symboliser ses cinq titres mondiaux, Clarisse Agbégnénou ne cachait pas son émotion. “Je suis fière, fière de ce que je suis en train de faire de cette année qui est compliquée, assez dure pour moi. Je suis émue car c’est une année difficile”.

Pourtant sur les tatamis de Budapest, en Hongrie, la championne n’a pas laissé de place aux doutes. Ses cinq combats ont tous été remportés sur ippon. “Je me suis motivée, je n’avais pas peur. Comme à chaque fois que je m’engage dans une compétition, j’y vais à 100 %. Je voulais avoir tout ou rien : donc les Monde et les Jeux ou rien”, avouait-elle.

Aller chercher l’étoile manquante

Cinq titres mondiaux, dont quatre à la suite : la performance est immense. Pourtant, Clarisse Agbégnénou ne mesurera que plus tard la portée de son exploit. Dans quelques semaines, ce sont les Jeux de Tokyo. Et la judokate de la Gendarmerie nationale est déjà tournée vers cet objectif. “C’est trop tôt pour dire ce que cinquième titre représente. Je ne sais pas si je l’aurais celle qui me manque (l’or olympique) à Tokyo donc je préfère aller en chercher cinq (mondiales) d’abord et après aller chercher l’étoile manquante”, ajoute-t-elle.

Lire aussi : L’adjudante Clarisse Agbégnénou en lice pour être porte-drapeau de la France aux JO de Tokyo

Une année compliquée avec la crise sanitaire

Même si les succès sont au rendez-vous, Clarisse Agbégnénou reconnait avoir traversé des périodes compliquées ces derniers mois. Comme tous les sportifs de haut niveau, son quotidien a été perturbé par la crise sanitaire. A commencer par le report des JO il y a un an. “On ne m’a pas beaucoup vue cette année parce que pour moi le report des Jeux a été très difficile, ç’a été un coup de massue. Donc j’ai dû me remobiliser et ça n’a pas été facile. Beaucoup de gens m’ont soutenue, je suis allée plusieurs fois à la Réunion, et je les remercie de m’avoir accueillie et redonner le sourire et la chaleur. Je vois que je suis sur le bon chemin”, conclut-elle.

F.S.

One comment

  1. Bravo pour ce formidable exploit qui en appelle un autre dans quelques semaines. Tous nos souhaits vous accompagnent en cette occasion. Soyez certaine que toute la Gendarmerie sera à vos côtés dans le dojo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.