vendredi 27 avril 2018
Accueil / A la une / Un soldat français tué accidentellement au retour d’une mission de lutte contre l’orpaillage clandestin
Sergent Chan-Ashing
Le sergent Chan-Ashing ( Photo/Armée de Terre).

Un soldat français tué accidentellement au retour d’une mission de lutte contre l’orpaillage clandestin

Il était âgé de 30 ans et père deux enfants. Un soldat français qui revenait jeudi d’une opération de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane et regagnait en pirogue sa base de Saint-Jean-du-Maroni a été tué accidentellement, ont annoncé les Forces armées en Guyane dans un communiqué.


L’accident a eu lieu dans la matinée de jeudi. Le sergent Alexandre Chan Ashing, originaire de La Réunion et membre de la 1ère compagnie du 9ème régiment d’infanterie de marine, descendait le Maroni avec sa patrouille lorsqu’il a été mortellement blessé par un tir accidentel.

Les conditions de l’accident n’ont pas été évoquées et “une enquête est en cours pour déterminer les circonstances” du tir accidentel. C’est la Gendarmerie qui est chargée de l’enquête. Le sergent était âgé de 30 ans et père de deux fillettes.
La mission au cours de laquelle le sergent a été tué s’inscrivait dans le cadre de l’opération Harpie de lutte contre l’orpaillage. “Depuis le début de cette opération 8000 militaires ont servi en Guyane. Chaque jour 300 militaires et gendarmes sont engagés dans la lutte contre l’orpaillage illégal“, indiquent encore les Forces armées en Guyane.

Avec AFP

Né le 30 décembre 1987 à Saint-Pierre sur l’île de La Réunion, le sergent Alexandre Chan Ashing était affecté au 9e régiment d’infanterie de marine de Cayenne, en Guyane.

Il s’engage au 4e régiment du service militaire adapté en novembre 2008 et manifeste dès les premiers mois un sens aigu du devoir et un attachement marqué pour l’institution. Il poursuit ensuite sa carrière au sein du 2e régiment d’infanterie de marine du Mans qu’il rejoint en décembre 2009. Perfectionnant son instruction, il sert d’abord comme grenadier voltigeur, tireur Minimi puis tireur Eryx. Son goût de l’effort et son sens inné du commandement lui permettent d’être promu caporal en 2012, puis caporal-chef en 2013. En 2014, ses remarquables qualités de soldat l’orientent vers le recrutement sous-officier. Il est promu sergent le 1er octobre suivant.

Affecté le 28 juillet 2017 au 9e régiment d’infanterie de marine, il y sert comme chef de groupe de combat d’infanterie à la 1ère compagnie. Particulièrement déterminé et volontaire, il s’investit sans compter dans la lutte contre l’orpaillage illégal en forêt amazonienne. Régulièrement engagé dans le cadre de l’opération HARPIE, il remplit toujours avec brio les missions confiées à son groupe de combat. Le remarquable parcours professionnel de ce jeune sous-officier des troupes de marine est jalonné de nombreuses opérations et missions extérieures. Entre 2010 et 2015, il sert ainsi en Afghanistan, à Djibouti, en Nouvelle-Calédonie, au Mali, en République de Côte d’Ivoire, en République de Centrafrique et au Sahel. Apprécié de ses cadres et de tous ses camarades, il laisse derrière lui l’image d’un sous-officier souriant et discret et d’un chef particulièrement compétent et apprécié de ses hommes.

Titulaire d’une citation avec croix de la valeur militaire à l’ordre de la brigade, de la croix du combattant, de la médaille outremer avec les agrafes Sahel, République centrafricaine et Côte d’Ivoire, il était également décoré de la médaille de la défense nationale échelon argent, de la médaille de la reconnaissance de la nation, de la médaille commémorative française avec agrafe Afghanistan et de la médaille OTAN avec agrafe ISAF. Le sergent Alexandre Chan Ashing était pacsé et père de deux filles en bas âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !