vendredi 23 octobre 2020
Accueil / Société / Violences policières : trois ans de prison ferme
Palais de justice
Illustration (MG/L'Essor).

Violences policières : trois ans de prison ferme

Un policier a été condamné vendredi à cinq ans de prison dont trois ferme pour avoir violemment frappé un marginal à Chambéry en 2010. Le fonctionnaire de la brigade anti-criminalité (BAC), qui a également fait l’objet d’une interdiction d’exercer le métier de policier, était poursuivi pour “violences avec arme par personne dépositaire de l’ordre public” pour des faits commis en avril 2010 à Chambéry.

Le parquet avait requis une peine de deux ans de prison ferme lors du procès, le 4 février. “Mon client a été plongé dans le coma après les faits et a aujourd’hui une infirmité permanente avec un bras qui est mort et une jambe qui traîne”, a indiqué  Me Olivier Connille, conseil de Michaël Verrelle, 34 ans. Selon lui, l’affaire aurait pu relever de la cour d’assises. “Le tribunal a indiqué que mon client était clairement une victime. Or cela était loin d’être évident. Cela faisait cinq ans que l’on se bagarrait pour le faire reconnaître”, a ajouté l’avocat.

Dans la nuit du 23 au 24 avril 2010, le jeune homme avait été matraqué par un policier de la BAC qui intervenait, avec trois autres collègues, dans le cadre d’une rixe entre jeunes en état d’ébriété à laquelle était mêlé M. Verrelle. “A plusieurs reprises”, ce policier avait frappé la victime avant de la faire volontairement tomber au sol provoquant son coma, selon une source judiciaire à l’époque des faits.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.