dimanche 18 août 2019
Accueil / Société / Une première médaille de reconnaissance aux victimes du terrorisme décernée
Camille Quilin (Photo AFVT)
Camille Quilin (Photo AFVT)

Une première médaille de reconnaissance aux victimes du terrorisme décernée

La première médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme a été décernée par un décret du 31 mai à Camille Quilin, 21 ans, victime de l’attentat commis le 22 février 2009 au Caire (Egypte). 

La jeune fille, faisait partie du groupe de 54 jeunes français et 7 adultes de Levallois-Perret présents sur la place Al-Hussein lorsqu’une bombe avait explosé. Cécile Vannier, 17 ans, avait perdu la vie et plus de 20 personnes avaient été blessées. 

Souffrances psychologiques

Si Camille Quilin, 12 ans au moment des faits, n’avait pas été blessée physiquement au moment des faits, elle ne s’était jamais remise de la scène terrible à laquelle elle avait assisté. Souffrant d’anorexie, elle avait tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours.

“Nous nous sommes entretenus en décembre et elle ne pesait que 24 kilos”, se souvient Guillaume Denoix de Saint Marc. Le fondateur et directeur général de l’association française des victimes du terrorisme se souvient d’une jeune femme qui l’avait “impressionné par sa brillance et son intelligence”. 

Elle lui avait alors confié son souhait de recevoir la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme lorsque celle ci commencerait à être décernée. 

Procédure hâtée par la Chancellerie

“C’était très important pour elle que l’on reconnaisse que son mal être était lié à l’attentat dont elle avait été victime. Nous avions prévu de nous revoir en juin pour évoquer ce dossier”, explique-t-il. Mais entre temps, le 19 mai 2018, Camille Quilin s’est suicidée en se défenestrant. 

“Ses parents étaient au courant de sa volonté de recevoir sa médaille. Ils ont donc rempli la demande et nous avons envoyé le dossier à la chancellerie qui a accepté de hâter la procédure afin qu’elle puisse lui être décernée pour ses obsèques”, explique Guillaume Denoix de Saint Marc. 

Cette décoration a en effet la particularité d’être attribuée sur la demande de la victime si elle est blessée ou de son entourage si elle est décédée. 

Créée en juillet 2016

La création de cette médaille par un décret du Président de la République, paru au Journal officiel  le 13 juillet 2016, la veille de l’attentat (86 morts) sur la Promenade des Anglais à Nice.

Lire aussi, sur L’Essor: 14 juillet dramatique à Nice : un attentat au camion fou fait au moins 84 morts

Son objet est de “manifester l’hommage de la Nation aux victimes (tuées, blessées ou séquestrées) d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger” depuis le 1er janvier 2006. 

Arnaud Beltrame pourrait recevoir cette médaille

A ce titre, le lieutenant-colonel de Gendarmerie Arnaud Beltrame, tué par un terroriste à Trèbes (Aude) le le 24 mars aurait pu se voir attribuer cette médaille. 

“J’ai demandé à la Chancellerie qu’on puisse la donner à M. Beltrame en plus de sa légion d’honneur, mais le décrets n’avait pas encore été publié et ce n’était donc pas possible pour ses obsèques”, regrette Guillaume Denoix de Saint Marc. Il précise cependant que, “si sa famille le demande, il l’obtiendra”.

Lire aussi, sur L’Essor: Emouvante communion républicaine aux Invalides pour le colonel Beltrame (diaporama et vidéos)

Selon lui, une centaine de dossiers sont actuellement étudiés par le ministère de la Justice, dont la moitié ont transité par son association. Selon lui, le premier contingent devrait être “décerné le 19 septembre,  journée nationale officieuse des victimes du terrorisme”. 

Protestations d’associations de la Gendarmerie

Projet d’insigne de la Médaille de reconnaissance aux victimes du terrorisme, avers et revers (© Service historique de la Défense/ La grande chancellerie de la Légion d'honneur).
Insigne de la Médaille de reconnaissance aux victimes du terrorisme,
avers et revers (© Service historique de la Défense/ La grande chancellerie de la Légion d’honneur).

Trois associations de la Gendarmerie avaient  protesté en septembre 2016 contre le rang protocolaire donné à cette médaille. 

Lire aussi sur L’Essor: Trois associations de la gendarmerie protestent contre le rang  protocolaire de la médaille aux victimes du terrorisme

Dans une lettre commune, l’Union nationale des personnels et retraités de la gendarmerie (UNPRG), la Société d’entraide des élèves et anciens élèves de l’école des officiers la gendarmerie nationale (Le Trèfle),  et la Fédération nationale des retraités de la Gendarmerie (FNRG) demandaient au grand chancelier de la Légion d’honneur, de revoir l’ordre de préséance. 

Ordre protocolaire

En cinquième position, la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme se trouve en effet derrière la Légion d’honneur, la croix de la Libération, la Médaille militaire et l’ordre du Mérite mais devant les croix de guerre, celles de la Valeur militaire et de la Gendarmerie nationale.

Matthieu Guyot

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *