dimanche 25 octobre 2020
Accueil / Société / Un syndicat de police dénonce la “course aux chiffres” sur les étrangers
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur (Photo Matthieu Guyot l'Essor)
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur (Photo Matthieu Guyot l'Essor)

Un syndicat de police dénonce la “course aux chiffres” sur les étrangers

Unité police SGP-FO, premier syndicat de gardiens de la paix, a vivement dénoncé, vendredi à Valence, des “dérives de la course aux chiffres” pour arrêter des étrangers, tandis que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls effectuait une visite dans le département voisin de l’Ardèche.

Les auteurs de ce tract déplorent une “chasse à l’ESI”: “Il est demandé aux forces de Police (…) de « ramener » un quota d’étrangers reconductibles, si possible parlant français pour éviter de longues procédures et ainsi rentabiliser l’opération”, selon le document qui “demande que cette pratique soit stoppée sans délai”.

“Un sentiment général d’écœurement traverse les équipes chargées de procéder à ces contrôles d’identité ciblés, tout ceci afin de permettre à la préfecture de renvoyer des statistiques en haut lieu”, ajoute Unité police SGP-FO.

La préfecture a déploré dans un communiqué “un tract au contenu et à la formulation inadmissible”. Le préfet a démenti toute existence d’objectifs chiffrés écrits ou oraux concernant la lutte contre l’immigration clandestine rappelant que “tout étranger en situation irrégulière a vocation à être interpellé et reconduit à la frontière”.

Manuel Valls : ” Il n’y a pas de politique du chiffre”

Sollicité par les médias alors qu’il inaugurait un nouveau commissariat à Aubenas, Manuel Valls a répondu qu'”il n’y a pas de politique du chiffre, ni en matière de sécurité, ni en matière de personnes en situation irrégulière, mais il y a des résultats à obtenir”. “Les policiers et les gendarmes doivent aller jusqu’au bout de leurs missions. Les personnes en situation irrégulière qui n’ont rien à faire sur le territoire doivent être reconduites avec humanité et fermeté”, a-t-il ajouté.

Un syndicaliste policier a pour sa part rappelé que ces consignes d’arrestations ne “sont forcément jamais écrites” mais qu’elles “existent bel et bien”.

(D’après AFP)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.