mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / Un millier de personnes au Mont Valérien pour le 78ème anniversaire de l’Appel du 18 Juin 1940
Gendarme Guillaume Tourchot-Traissac, brigade de proximité de Aneau-Bleury-Saint-Symphorien (Eure-et-Loir), petit-fils du Compagnon de la Libération Claude Bouchinet-Serreules. PMG-L'ESSOR
Gendarme Guillaume Tourchot-Traissac, brigade de proximité de Aneau-Bleury-Saint-Symphorien (Eure-et-Loir), petit-fils du Compagnon de la Libération Claude Bouchinet-Serreules. PMG-L'ESSOR

Un millier de personnes au Mont Valérien pour le 78ème anniversaire de l’Appel du 18 Juin 1940

Un millier de personnes, dont de nombreux jeunes, ont assisté ce lundi en fin de matinée au Mont Valérien, près de Paris, à la cérémonie du 78ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940.

Sous un ciel gris, ils n’étaient que deux Compagnons de la Libération lundi matin devant le mur de grès rose des Vosges du Mémorial de la France combattante : Daniel Cordier et Hubert Germain. ils font partie des cinq survivants de l’Ordre de la Libération, cet ordre prestigieux créé en novembre 1940 par le chef de la France Libre et qui compte 1.038 membres.

Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin et chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération, et Hubert Germain, officier de la Légion étrangère à Bir Hakeim, auront tous deux 98 ans au mois d’août.

Il y a une semaine, le lundi 11 juin, Hubert Germain a été élevé à la dignité de grand’croix de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron, lors de la traditionnelle prise d’armes présidentielle dans la cour d’honneur des Invalides. Ce lundi 18 juin en début de matinée, Daniel Cordier a reçu à l’Elysée les insignes de grand’croix de la Légion d’honneur des mains du chef de l’Etat avant la cérémonie du Mont Valérien.
Depuis 1946, la cérémonie au Mont Valérien, organisée par l’Ordre de la Libération, se déroule selon un rite immuable. Il suit le protocole défini par le général de Gaulle qui a présidé la cérémonie de 1946 à 1968. Depuis, tous les présidents de la République se sont rendus chaque année au Mont Valérien.
Lors de la cérémonie, les Compagnons de la Libération et leurs familles sont placés de part et d’autre de la Croix de Lorraine de 12 mètres de haut qui domine le monument de la France combattante. A son arrivée, le chef de l’Etat a passé les troupes en revue puis procèdé au ravivage de la flamme avec un flambeau provenant de l’Arc de Triomphe.

L’Appel du 18 Juin 1940, lancé par le général de Gaulle à la BBC, a ensuite été lu avant la sonnerie aux Morts, la Marseillaise et le Chant des Partisans. Puis le président de la République, accompagné du chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération Daniel Cordier, a pénétré dans la crypte où il s’est recueilli avant de signer le Livre d’or.

Parmi les descendants des Compagnons de la Libération se trouvait un gendarme, accompagné de ses deux filles. Agent de police judiciaire à la brigade de proximité de Auneau-Bleury-Saint-Symphorien (Eure-et-Loir), Guillaume Tourchot-Traissac est le petits-fils de Claude Bouchinet-Serreulles, Compagnon de la Libération et cadre de la Résistance, décédé en 2000.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la clairière du fort du Mont Valérien a été le principal lieu d’exécution de  l’armée allemande en France occupée. Un millier de résistants condamnés par des tribunaux militaires allemands ou d’otages y ont été fusillés entre 1941 et 1944. Dès la Libération, le Mont Valérien est devenu un lieu de mémoire, grâce à la volonté politique du général de Gaulle et au travail des associations des familles des fusillés.

Après la réalisation d’un mémorial provisoire en 1945 dans l’une des casemates de la forteresse, le général de Gaulle a fait ériger un mémorial définitif en 1960. A l’intérieur de la crypte, reposent les dépouilles de 16 Français, hommes et femmes, morts pour la France entre 1940 et 1945. Le dix-septième caveau est vide. Il abritera le dernier des Compagnons de la Libération à son décès.

Les Compagnons de la Libération étaient encore soixante en vie il y a dix ans. Ils ne sont plus que cinq aujourd’hui. Le dernier décès en date est celui de Yves de Daruvar, ancien de la 2e DB, le 28 mai 2018.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.