dimanche , 13 juin 2021

Le Sig-Sauer Pro SP2022 équipe les gendarmes depuis bientôt vingt ans. Photo d'illustration (SD/L'Essor).
Le Sig-Sauer Pro SP2022 équipe les gendarmes depuis bientôt vingt ans. Photo d'illustration (SD/L'Essor).

Un gendarme tire sur un homme entré par effraction dans son domicile pour se venger

Un gendarme a ouvert le feu, mardi soir, sur un homme entré par effraction dans son domicile à Grandvilliers, dans l’Oise. Le pronostic vital de l’intrus, touché au bassin, n’est pas engagé.

Il voulait apparemment se venger. Un homme, a été blessé par balle vers 22h, mardi 6 avril. Il venait de s’introduire avec un complice dans le domicile d’un couple de gendarmes. Un logement de fonction qui se situe en dehors de la caserne de Grandvilliers. Les militaires, tous deux du grade de gendarme, travaillent dans cette brigade territoriale..

Entrés par effraction, ils avaient défoncé deux portes

Le couple, alerté par le bruit de leur porte forcée, a tout juste eu le temps de composer le 17. Mais les deux malfaiteurs, qui avaient défoncé deux portes, étaient déjà à quelques mètres de la chambre conjugale. Tombant nez à nez avec l’un des intrus, l’un des gendarmes lui intime l’ordre de stopper sa progression. En vain, comme l’indique Caroline Tharot, procureure de la République de Beauvais à l’AFP. “Le gendarme a alors fait usage de son arme à l’encontre de l’un des agresseurs, le blessant.”

Deux camarades des gendarmes de la brigade territoriale de Grandvilliers, située non loin de là, arrivent rapidement sur les lieux. D’autres militaires de la compagnie de Beauvais les rejoignent également.

Atteint au niveau du bassin, l’individu blessé a été conduit à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger. Le complice à quant à lui été interpellé et placé en garde en vue pour violation de domicile, violences aggravées et vol. Agés de 21 et 26 ans et alcoolisés au moment des faits, les mis en cause étaient connus pour des faits d’outrages, de violences et de rébellions.

Lire aussi: Mulhouse : un homme tire avec un pistolet d’alarme sur un gendarme et sa famille

“Je sais où tu habites”

Les malfaiteurs n’avaient pas choisi ce logement au hasard. L’un d’eux avait en effet déjà eu affaire au gendarme. “A l’occasion d’une précédente interpellation, l’un des mis en cause aurait d’ailleurs indiqué à l’un des deux gendarmes victimes des présents faits “T’inquiète pas, je sais où tu habites””, a précisé Caroline Tharot.

Il était d’ailleurs sous le coup d’une convocation “sur reconnaissance préalable de culpabilité pour des faits d’outrages à personne dépositaire de l’autorité publique, en l’occurrence un des gendarmes au domicile duquel les faits de mardi sont survenus”, ajoute la procureure.

Même si le tir du gendarme semble entrer dans le cadre de la légitime défense, face à cette effraction de nuit, une enquête devra déterminer les circonstances des faits. Elle a été confiée aux gendarmes de la section de recherches d’Amiens avec la brigade de recherches de Beauvais.

Un agression inédite

D’après la Gendarmerie, interrogée par L’Essor, ce type d’agression semble inédite. Généralement, ce sont plutôt les casernes et les véhicules qui sont visés par des jets de pavés, des tirs de mortiers ou encore des bouteilles incendiaires. Mais dans les logements, ce type de faits est forcément plus rare. La majorité de ces derniers se situant en caserne.

Lire aussi: Deux ans de prison pour des tirs de mortiers d’artifice sur la caserne du Havre

9 comments

  1. Excellente réaction du gendarme toutes mes félicitations .J’espère que ce gendarme aura le soutien de sa hiérarchie

  2. Jusqu’où laisserons nous la racaille s’en prendre à nos défenseurs de l’ordre ?
    Félicitations à notre représentant de l’ordre pour son courage et une pensée pour la famille de ce gendarme pour le traumatisme subi.
    Bertrand Cœur de Flandre

  3. Devant le laxisme général actuel, je ne suis pas étonné de ces faits. J’aurais été fier d’avoir ce gendarme sous mes ordres!

  4. Je soutiens à 200% ce couple de Gendarmes, victime d’une telle agression due à sa fonction. Un tel fait est inadmissible et montre bien que les forces de l’ordre sont dans la ligne de mire des malfaiteurs, délinquants, que cela soit en et hors service.
    Pour le soutien de sa hiérarchie, je ne mettrais pas ma main au feu. Mais j’espère fortement !!!

  5. Bon reflex bravo

  6. Je n’apprécie pas que vous utilisiez le terme “se venger” dans le titre de votre article … cela laisse à penser que le Gendarme a fauté, alors que nous n’avons pour le moment pas les conclusions de l’enquête. Cela contribue à exacerber la défiance que certains peuvent avoir à l’égards des gendarmes, même quand ils sont dans leur bon droit. C’est d’autant plus triste que cela vient d’un journal qui est censé nous soutenir.

    • Il n’est à aucun moment dit que le gendarme a fauté. A la notion de vengeance, auriez-vous préféré celle, synonyme, de représailles?
      Quelque soit le vocabulaire choisi, il semble malheureusement que cela soit bien le cas. Pas pour une faute du gendarme, mais pour une non-acceptation d’une sanction. En l’occurrence, une convocation préalable à une sanction suite, notamment, à l’outrage et les menaces subies par le gendarme à qui nous apportons bien évidemment notre soutien.

  7. Bonne réaction, légitime, et professionnalise. Si les circonstances avaient été au domicile de civils pour les défendre, on les applaudirait. Il ne faut pas faire de différences. Bravo à eux. On sait que nous pouvons compter sur nos gendarmes pour nous protéger

  8. superbe réaction, il faut que la peur change de camp, il a fait le job à défaut de la justice !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.