jeudi 4 mars 2021
Accueil / Articles abonnés / Un fonds de solidarité pour les enfants de harkis et moghaznis
obtenez le dossier "Réussir le concours de sous-officier"
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Un fonds de solidarité pour les enfants de harkis et moghaznis

Les enfants d’anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilé vont bénéficier d’un fonds de solidarité.  

Les modalités de cette aide ont été publiées au journal officiel du dimanche 30 décembre.

Décret n° 2018-1320 du 28 décembre 2018 instituant un dispositif d’aide à destination des enfants d’anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés

Publics concernés : enfants des anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés ayant servi en Algérie.
Objet : mise en place, pour la période 2019-2022, d’un fonds de solidarité à destination des enfants de certains anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés ayant servi en Algérie.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le 1er janvier 2019.
Notice : le décret institue un fonds pour la période 2019-2022 destiné à apporter une aide financière de solidarité aux enfants d’anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés ayant servi en Algérie, à raison de leur situation socio-économique actuelle. Sont éligibles au fonds ceux d’entre eux qui ont séjourné dans des camps ou des hameaux de forestage à la suite du rapatriement de leur famille sur le territoire national, pendant une durée minimale de quatre-vingt-dix jours et qui résident en France de manière stable et effective. Une aide financière peut leur être versée pour la prise en charge totale ou partielle de dépenses liées au logement, à la santé ou à l’insertion sociale et professionnelle que leur revenu disponible ne suffirait pas à couvrir intégralement. Le montant de l’aide versée tient compte, notamment, des conditions dans lesquelles les personnes concernées ont été scolarisées pendant leur séjour dans les camps ou hameaux de forestage et de l’ensemble des éléments de leur situation personnelle (la composition du foyer, le niveau des revenus et des charges ainsi que la nature et le montant des dépenses mentionnées préalablement demeurant à sa charge après prise en compte, le cas échéant, des dispositifs de droit commun existants susceptibles de les couvrir). Cette aide est versée par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Les aides sont attribuées dans la limite des crédits disponibles.
Références : le décret peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).

Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre des armées,
Vu le code des relations entre le public et l’administration, notamment ses articles L. 231-1 à L. 231-6 ;
Vu le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre, notamment son article L. 611-5 ;
Vu l’avis du comité technique d’établissement de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre en date du 29 novembre 2018 ;
Vu l’avis de la commission permanente du conseil d’administration de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre en date du 27 novembre 2018 ;
Le Conseil d’Etat (section des finances) entendu,
Décrète :

Article 1

Les enfants d’anciens harkis, moghaznis et personnels des diverses formations supplétives de statut civil de droit local et assimilés, qui ont séjourné pendant au moins quatre-vingt-dix jours dans un camp ou un hameau de forestage à la suite du rapatriement de leur famille sur le territoire national, et qui résident en France de manière stable et effective, peuvent demander, jusqu’au 31 décembre 2022, une aide de solidarité lorsque leurs ressources ne leur permettent pas de s’acquitter de dépenses ayant un caractère essentiel dans les domaines de la santé, du logement, de la formation, ou de l’insertion professionnelle.
La liste des camps ou hameaux de forestage mentionnés au premier alinéa figure en annexe au présent décret.
Nul ne peut bénéficier plus d’une fois d’une aide. Le montant de l’aide, qui fait l’objet d’un seul versement, ne peut être révisé.

Article 2

La demande d’aide est adressée au service départemental ou territorial de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre dont relève le domicile du demandeur.
Une instruction du directeur général de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre précise les renseignements et documents devant être joints à la demande.

Article 3

La décision d’attribution de l’aide est prise, dans la limite des crédits prévus à ce titre au budget de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, par le directeur général de l’Office, après instruction du service départemental ou territorial compétent.
Pour attribuer l’aide et en déterminer le montant, le directeur général de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre prend en compte, d’une part, la durée de séjour du demandeur dans le camp ou le hameau de forestage et les conditions de scolarisation qu’il y a connues, d’autre part, l’ensemble des éléments de sa situation personnelle en ce qui concerne la composition de son foyer, le niveau de ses revenus et de ses charges, ainsi que la nature et le montant des dépenses mentionnées au deuxième alinéa de l’article 1er demeurant à sa charge après prise en compte, le cas échéant, des dispositifs de droit commun existants susceptibles de les couvrir.

Article 4

Le silence gardé par le directeur général de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre pendant quatre mois à compter de la demande d’aide régie par le présent décret vaut décision de refus.

Article 5

Le présent décret peut être modifié par décret, à l’exception des dispositions de l’article 4.

Article 6

Le présent décret entre en vigueur le 1er janvier 2019.

Article 7

La ministre des armées, le ministre de l’action et des comptes publics et la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

LISTE DES CAMPS ET HAMEAUX DE FORESTAGE VISÉS À L’ARTICLE 1ER

Camps :

– La Cavalerie-Larzac (Aveyron) ;
– Bourg-Lastic (Puy de Dome) ;
– La Rye Le Vigeant (Vienne) ;
– Saint-Maurice-l’Ardoise (Gard) ;
– Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) ;
– Bias (Lot et Garonne) autrement appelé CARA « centre d’accueil des rapatriés d’Algérie ».

Hameaux de forestage :

– Saint-Hilaire (Allier) ;
– Bayons (Alpes de Haute-Provence) ;
– Saint-André-les-Alpes (Alpes de Haute-Provence) ;
– Jausiers (Alpes de Haute-Provence) ;
– Sisteron (Alpes de Haute-Provence) ;
– Ongles (Alpes de Haute-Provence).
– Rosans (Hautes-Alpes) ;
– Montmorin (Hautes-Alpes)
– Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes) ;
– Roquesteron (Alpes-Maritimes) ;
– L’Escarène (Alpes-Maritimes) ;
– Valbonne (Alpes-Maritimes) ;
– Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) ;
– Largentière (Ardèche) ;
– Montoulieu (hameau de Ginabat) (Ariège) ;
– La Pradelle (Aude) ;
– Saint-Martin-des-Puits (Aude) ;
– Villeneuve-Minervois (hameau de Pujol-de-Bosc) (Aude) ;
– Brusque (Aveyron) ;
– La loubière (Aveyron) ;
– Saint-Rome-de-Cernon (Aveyron) ;
– La Ciotat (Bouches-du-Rhône) ;
– La Roque d’Antheron (Bouches-du-Rhône) ;
– Fuveau (hameau du Brogilum) (Bouches-du-Rhône) ;
– Jouques (hameau du Logis d’Anne) (Bouches-du-Rhône) ;
– Chalvignac (Cantal) ;
– La Tremblade (Charente-Maritime) ;
– Baigneux-les-Juifs (Côte-d’Or) ;
– Villiers-le-Duc (Côte-d’Or) ;
– Vanvey-sur-Ource (Côte-d’Or) ;
– Vernot-Saussy (Côte-d’Or) ;
– Is-sur-Tille (Côte d’Or) ;
– Antonne-et-Trigonant (lieu-dit de Lanmary) (Dordogne) ;
– Beaurières (Drôme) ;
– Zonza (Corse-du-Sud) ;
– Lucciana (lieu-dit de Casamozza) (Haute-Corse) ;
– La Grande Combe (Gard) ;
– Saint-Sauveur-Cramprieu (hameau de Villemagne) (Saint-Sauveur-des-Pourcils avant 1987) (Gard) ;
– Juzet d’Izaut (Haute-Garonne) ;
– Mirande (Gers) ;
– Avene (hameau de Truscas) (Hérault) ;
– Lodève (Hérault) ;
– Saint-Pons-de-Thomières (hameau du Plô de Mailhac) (Hérault) ;
– Roybon (Roybon 1 et Roybon 2) (Isère) ;
– Cassagnas (Lozère) ;
– Mende (Lozère) ;
– Villefort (Lozère) ;
– Chadenet (Lozère) ;
– Meyrueis (Lozère) ;
– Chanac (Lozère) ;
– Saint-Etienne-du-Valdonnez (Lozère) ;
– Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) ;
– Magland (Haute-Savoie) ;
– Roussillon-en-Morvan (hameau de Glennes) (Saône-et-Loire)
– Arfons (hameau des Escudiers) (Tarn) ;
– Puycelci-la-Grésigne (camp de la Janade) (Tarn) ;
– Anglès (Tarn)
– Vaour (Tarn) ;
– Bormes-les-Mimosas (Var) ;
– La-Londes-les-Maures (Var) ;
– Néoules (Var) ;
– Saint Maximin-la-Sainte-Baume (Var) ;
– Collobrières (hameau de la Capelude puis de La Capelle) (Var) ;
– Montmeyan (Var) ;
– Pignans (Var) ;
– Saint-Paul-en-Forêt (Var) ;
– Gonfaron (Var) ;
– Le Muy (Var) ;
– Rians (Var) ;
– Saint-Raphaël (hameau d’Aigue-Bonne) (Var) ;
– Apt (Vaucluse) ;
– Sault (Vaucluse) ;
– Cucuron (Vaucluse) ;
– Pertuis (Vaucluse).

Crowdfunding campaign banner

8 Commentaires

  1. Lois discriminatoire comme les précédentes lois 2005 etc français rapatriés c’est du n’impprte quoi

    • malika

      Tous les enfants doivent être concernés. Ils ont tous subi les effets dévastateurs de cet exil forcé, qu’ils soient du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest dans un camp ou non.
      De plus, aucun soin psychologique n’a été prodigué aux harkis et on constate les ravages bien plus tard sur toute la famille.

  2. azrou

    Un os à ronger …

  3. Poggi

    Et le camp. de la cité des mimosas à Cannes la Bocca qui n’est pas cité c’etait pas un camp ?!?!? Pour vous c’était une résidence voire un Domaine sûrement ….😏😤

  4. OULD SMAA OUALI

    COMMENT SAVOIR DS QUEL CAMP ETAIT MA FAMILLE

  5. Yaz

    Tout l’argent du monde ne pourra panser les blessures et rendre la vie volée dont nous enfants de harkis avont été victimes. Nous avons ete parqué dans des camps où nous avons grandi comme du bétail ou des animaux de foire et on nous a étiqueté comme des enfants de traîtres par les algériens et comme des bougnouls ou arabes par une partie des français. On a juste oublié de mentionner qu’on est des français car nous avons vu le jour dans ce merveilleux pays qui est malheureusement occupé par des ignorants aveuglés par la haine et la peur de son prochain. Vive la France vive la république et à bas les ignorants et les intolérants qui l’habitent et se croient au-dessus des autres.

    • André DETAILLE

      bonjour monsieur,
      vous avez de la rancoeur envers la France de l’époque, celle du général DE GAULE, qui vous a si misérablement accueillis vous et tous ceux qui avaient si bien servi cette France là. Je suis tout à fait d’accord avec vous, mais sachez que la plupart des Français durant ces années là ignoraient le triste sort que le gouvernement de l’époque vous infligeait; sachez aussi que tous les anciens combattants dont je fais parti, vous ont toujours gardé une estime et une reconnaissance sincère. Personnellement, je pense que vos parents méritaient mieux que cela, car ils étaient plus Français que certains métropolitains communistes pour ne pas les nommer, qui se faisaient complices du FLN. Certains d’entre nous ont déploré l’attitude de DE GAULE qui en faisant rapatrier les troupes Françaises’ a laissé sur place des milliers de Harkis, avec toute leur famille, désarmés de plus, face à ceux qu’ils avaient combattus et qui allaient se venger de façons horribles. Remercions les officiers Français qui n’acceptant pas de laisser leurs hommes se faire massacrer, ont pris le risque de les rapatrier quand même. Ceux là mériteraient la Légion d’Honneur.

  6. Boukhatem Ali

    Bonjour après avoir tout le contenu concernant les aides attribué aux enfants des harkis je constate que les fils et filles non résidents leurs droits sont bafoués comme c’est domage un pays de droit moi même mon défunt a servi 2eme guerre mondiale 1938/1945 et comme Harki de 1958/1962 actuellement je me trouve en France exactement sur Marseille sans papiers aucune chance ni de la préfecture ni des services des A.C.V.G Merci d’avance espérons un jour L’obtention de nos droits aux papiers en France où reconnaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.