mardi 13 avril 2021
Accueil / A la Une / Un capitaine de gendarmerie condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis
Le palais de justice de Basse-Terre qui abrite la cour d'Appel de Basse-Terre, la cour d'assises de la Guadeloupe et le tribunal de Grande instance de Basse-terre Photo d'illustration (D.C/L'Essor).
Le palais de justice de Basse-Terre qui abrite la cour d'Appel de Basse-Terre, la cour d'assises de la Guadeloupe et le tribunal de Grande instance de Basse-terre Photo d'illustration (D.C/L'Essor).

Un capitaine de gendarmerie condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis

Le capitaine de gendarmerie Romain Dobritz, 30 ans, a été condamné jeudi soir à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, pour “violences volontaires avec arme”. L’officier supérieur s’est vu incarcéré à Pointe-à-Pitre.

Lire aussi: Guadeloupe: un gendarme devant la cour d’assises pour le meurtre d’un Cagnois en 2018

Cette condamnation fait suite au décès d’un homme, lors d’une intervention en Guadeloupe en 2018. Délinquant de 35 ans, originaire de Nice, Yannick Locatelli, a été atteint de deux balles dans des organes vitaux, le soir du 11 mars 2018, à Baie-Mahault (commune de la Basse-Terre).

La cour d’assises de Basse-Terre a retenu la qualification de “violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort, sans intention de la donner“.

L’avocate générale Elodie Rouchouse avait requis quinze ans de réclusion pour “homicide volontaire“. Les jurés ont écarté l’intention d’homicide, tout comme la légitime défense plaidée par l’avocat de l’officier.

Une peine de 15 ans d’interdiction de détenir ou porter une arme sans autorisation a par ailleurs frappé le capitaine. Et 10 ans d’inéligibilité. Il n’a cependant pas d’interdiction d’exercer son métier.

Une condamnation très rare pour un officier

Cette condamnation en cour d’assises constitue un fait très rare pour un officier de Gendarmerie. Celui-ci dispose de dix jours depuis le verdict pour faire appel.

Le capitaine, commandant de la brigade de Baie-Mahault, intervenait dans une voiture banalisée sur une suspicion de cambriolage. Il était avec un collègue. Saint-cyrien, ce fils d’un officier supérieur de l’armée de Terre, restait ” très bien noté ” avant les faits.

Il avait tiré sept balles en direction du véhicule du suspect, qui reculait. ce dernier, récemment arrivé en Guadeloupe, était très connu de la justice. Il avait ainsi auparavant écopé à huit reprises de “peines de prison ferme ou du sursis, notamment pour des affaires de stupéfiants, vol, recel “. Des condamnations révélées par Xavier Bonhomme, alors procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

( L’Essor s’associe à tous ses camarades pour lui souhaiter bon courage dans cette épreuve… Et souhaite qu’il soit rapidement libéré, même “sous condition”…AD)

Crowdfunding campaign banner

27 Commentaires

  1. couderc

    Ils en disent quoi les grands anciens? Toujours le respect de l adversaire contrairement aux policiers?

    • Beuvin Olivier

      Il n’y a pas besoin d’être un ancien pour vous répondre : vous êtes un minable qui derrière son ordinateur se pose en juge alors que sur le terrain la réalité est nettement plus dangereuse que le confort douillet de votre fauteuil et votre (…). Le respect est un concept qui implique la réciprocité. Un multirécidiviste n’est pas dans le respect de l’autre, il n’y a donc pas droit. Et c’est la même chose pour vous !

      • Alain Dumait

        Deux mots outranciers censurés…

    • Mega

      C’est fou que les meurtriers ne prennent que 2 ans, et que les violeurs d’enfants prennent que 3 mois avec sursis.
      Comment voulez-vous qu’il y ait moins de délinquant dans la gendarmerie si les peines sont si faible.
      Le peuple le risque de se faire tabasser et mutiler encore longtemps.

    • Martins

      Celui qui devrait être en prison c’est le magistrats qui a libérés ce gars… Sans crédit et remise de peine, ce capitaine de gendarmerie ne serait pas en prison aujourd’hui. Voilà le constat.

    • garcia bruno

      Je suis écoeuré par cette justice qui coupe la tete à un officier de gendarmerie en lui infligeant une peine de prison pour avoir tué de la racaille , un bon à rien……….. Il n’a eu que ce qu’il méritait.
      Et en plus , il y a des personnes qui défendent et acceptent ce jugement qui est purement politique.
      On devrai décoré ce gendarme pour ce qu’il a fait, c’est une honte………
      Comment voulez vous aprés cela que la gendarmerie ou la police fasse leur travail correctement , c’est impossible.
      Tout mon soutient à ce capitaine de gendarmerie.

      • Alexandre Anjou

        La racaille dont tu parles est un enfant. tout le monde est un enfant qui a grandi. Il faut commencer par respecter tout le monde.

  2. Bernier

    De quelle justice parle t-on? Celle qui est implacable avec un capitaine qui a tué un délinquant notoire recherché, celle qui jour après jour, apparaît d’une faiblesse et d’un laxisme consternants à l’égard des personnes ayant commis des infractions graves? Décidément rien ne va plus dans notre pays et quand un pilier de l’Etat comme l’institution judiciaire ne suscite plus que défiance et suspicion de la part de ceux qui sont censés la servir, Gendarmerie, Police, alors très bientôt une crise de confiance sans précédent va se profiler.

    • Jako

      Cet officier a toute ma sympathie et mon soutien.Je pense également que cette sanction inique est due au fait que l’État le sacrifie sur l’autel de la paix civile outre mer.En revanche je m’interroge ?:Qu’aurait dit ce bon Mr Dumait (qui n’a jamais appartenu aux fdo) s’il s’était agit d’un policier?Je devine déjà sa réponse……

      • Alain Dumait

        Et que pensez-vous que j’eusse dit, bon monsieur, dit “Jako” ?…

        • Jako

          Nous le savons tous les deux…….dénigrer la PN est il le meilleur moyen de valoriser la GN?Permettez moi de détourner un célèbre acronyme :ACAB:All Cops Are Brothers!

          • Alain Dumait

            Mais où avez-vous vu qu’à aucun moment nous ayons dénigré la PN ? Nous parlons aux gendarmes et nous les informons. Nous sommes ravis que vous vous mêliez à nos conversations, mais laissez moi vous dire que ce “dénigrement” supposé est plutôt dans votre esprit !…

    • André

      Au fil des ans, des milliers de membres des F.D.O. sont sanctionnés.
      Sans entrer dans le détail, c’est plus ou moins justifié.
      C’est une question d’application plus ou moins bonne de la loi.
      Par contre, aucun magistrat n’a été sanctionné pour ses fautes professionnelles commises dans l’exercice de ses fonctions.
      Ce que confirment les rapports annuels du Conseil supérieur de la magistrature.
      Alors que des milliers de plaintes de justiciables les visant ont été déposées au C.S.M. depuis 2011, date de mise en application de la révision de l’article 65 constitutionnel.
      Et cela, c’est en rupture avec le droit français.
      Là dessus, silence intégral des autorités et des médias.
      La France, c’est aussi cette injustice chronique …

  3. Michel

    La seule profession qui lorsqu on l exerce avec passion et investissement vous expose à des sanctions.
    C est la profession de gendarme ou de policier.
    Ce capitaine a voulu interpeller un délinquant multirecidiviste et recherché.
    Et il se retrouve en prison parce qu il a fait son travail.
    S il l avait pas fait. Il serait rentré à la brigade à l heure.
    Si on ne fait rien on ne va pas en prison.
    Mais ce capitaine, lui ne détourne pas son regard quand il croise un malfrat recherché.
    La procureur en requérant 15 ans de prison, est à des années lumières de la complexité et de la dangerosité d une interpellation d un individu dangereux.
    Le commissaire Broussard et ses hommes ont été récompenses quand ils ont fusillé Mesrine le 2 novembre 79.
    Aujourd’hui la société envoie en prison un capitaine courageux

    • martin

      Un jour viendra où nos dirigeants se repentirons du traitement infligé à ceux qui les protègent et tous ces magistrats gauchistes, je leur souhaite de n’avoir jamais besoin des forces de l’ordre – Courage à ce capitaine qui a fait son travail, si l’inverse s’était produit tous ces hypocrites seraient venus verser leurs larmes de crocodiles.

    • Nico

      Non c’est pas la seul, absolument pas,
      Quand on est gendarme et que l’on passe sont temps a faire la moral au autres, on doit être soit même irréprochable.
      Bravo a la justice d’avoir eu le courage de condamné un criminel.

  4. DRAILLET

    Je ne comprends plus le fonctionnement de mon pays mais ou va t on (‘honneur et respect pour ce capitaine)

    • Nico

      Il a perdu sont honneur et la justice applique l’honneur de la république.
      Personne au dessus des lois.
      Pas même un capitaine.
      Pas de place pour les cow-boys en France.
      On est pas au texas ici.

  5. Rouleux claude

    Quelle honte. On inverse complètement les rôles. La victime dans cette affaire n’est pas le délinquant, mais le gendarme. Comment peut on en arriver à un tel arrêt, qui va donner de l’eau au moulin de nos criminels et de leurs défenseurs. Au lieu d’un signal fort pour dire STOP à la montée de la violence cette dernière décennie, la justice envoie un beau feu vert à nos délinquants et criminels. L’auteur n’est autre que l’individu qui par des accélérations intempestives envoie aux gendarmes le message qu’il ne s’arrêtera pas à ses injonctions réglementaires pour interpeller l’auteur d’une voiture volée. De plus est, cet auteur voyage avec une fausse identité se sachant recherché en métropole pour une autre affaire. Enfin, la perquisition dans la voiture permet la découverte d’une arme de poing ce qui révèle tout de l’angélisme supposé de cet individu et de sa détermination. Avenir compliquée pour nos forces de l’ordre.

  6. Victorhugo

    La requistion du parquet est scandaleuse… Si ils avaient eu la même sévérité avec le multirecidiviste au moment voulu… Il aurait été en prison et non en train de commetre de nouvelles exactions?? ayant entrainé l intervention du militaire et ce malheureux deces car personne ne souhaite ça.
    .
    Alors la justice.. N’avez vous pas honte de cette réquisition ?? Vous qui prenez vos décisions depuis un bureau bien sécurisé… Bien éclairé.. Avec le temps de réfléchir… Lui a eu une demi seconde..
    .

    Bon courage à ce camarade, malchanceux, car quand on epouse l’uniforme ce n’est pas pour tuer des gens, il s’agissait donc d’un acte involontaire, j’en suis persuadé.

    Merci aux jurés d’avoir relevé cette infraction (involontaire) mais la condamnation reste trop lourde.. Jamais il ne devrait être incarcéré… Tellement d’autres mesures de réparation…

    Bon courage à lui.

    Ceux qui fuient la police judiciaire ont raison..
    Ne regardons pas les problèmes.. Fuyons les..
    Trop de risques ce métier.. Pour 3 sous..

    • HM

      Condamnation inacceptable
      Réquisitions de parquet intolérables
      Ce procès aurait dû être renvoyé devant une juridiction métropolitaine.
      Soutien à cette victime d’une justice politisée, hors sol.
      Peine d’un policier retraité pour cet officier brisé et sa famille.
      Qui peut être aujourd’hui assez fou pour embrasser une carrière au sein de forces de l’ordre dans un tel environnement ?

  7. carambouille

    magistrats de m… gauchistes, ex 68 tars , ex lançeurs de pavés sur les crs , que peut on attendre de ces individus ??

  8. Francis DEBRUYCKERE

    Même chose en Belgique….Laissons tout faire et c’est l’anarchie assurée. Un gendarme belge retraité.

  9. schiettecatte

    Quelle curieuse conception de la justice vous avez. Qu’auriez-vous souhaité : une relaxe pure et simple ? Si le Parquet a requis une peine aussi lourde, ce n’est sûrement pas sans arguments. Ce n’est pas en reclamant l’impunité pour les forces de police et de gendarmerie comme votre commentaire le laisse supposer que l’on améliorera les rapports bien dégradés entre les forces de police et de gendarmerie avec les citoyens.

  10. PONNET Ronan

    L’Uchronie du Capitaine DOBRITZ
    Guadeloupe.11 mars 2018…il fait nuit à Baie-Mahaut. La gendarmerie est comme un fortin au milieu d’un océan de dangers : gangs, dealers, consommateurs de crack, prostituées, sortent des profondeurs pour ouvrir des yeux avides sur le monde glauque de Jarry et des environs. Vers le Nord, il y a eu des cambriolages, des destructions de biens. C’est un blanc qui mène la danse : Yannick Locatelli, un truand venu de Cagnes-sur-Mer, autrement dit du milieu niçois. Recherché pour trafic de stupéfiants, il est venu se mettre au vert en Guadeloupe. Il a été repéré, du moins sa voiture. L’homme peut paraître sympa, mais il a rompu le lien qui l’unit à la Société depuis belle lurette.Il est un truand qui vend du poison aux gamins, qui hait la société et les gens normaux. Il n’a jamais rien fait de ses talents. Intelligent, il a voulu devenir pilote de course. Echec…Au lieu de travailler, il casse et cambriole. Et les gendarmes sont sur sa piste…
    Dans son bureau, le capitaine Dobritz, commandant la Brigade, épluche ses dossiers. Le téléphone sonne…
    Il apparaissait rapidement que les militaires de la BTA de Baie-Mahault investiguaient depuis plusieurs semaines sur une série de cambriolages commis dans le secteur où un véhicule Peugeot 2008 de couleur gris foncé et muni de fausse plaques, avait été repéré sur les caméras de vidéo surveillance.
    Le commandant de brigade, le capitaine DOBRITZ, décidait de mettre en place une surveillance dans la nuit du dimanche 1 1 au lundi 12 mars 2018 de 22h00 à 05h00 afin de repérer le véhicule suspect. Vers 20h30, le 1 1 mars, Romain DOBRITZ recevait sur son téléphone portable, l’appel d’une plaignante,l’informant qu’elle venait d’apercevoir dans le quartier Dalciat, une Peugeot 2008 portant la plaque d’immatriculation de son véhicule, laquelle lui avait été volée le jeudi précédent.
    Accompagné du Gendarme B., le capitaine DOBRITZ, revêtus tous deux de leur uniforme mais montés à bord dune voiture banalisée, décidait de se rendre immédiatement sur place où ils constataient la présence du véhicule recherché. Le conducteur les ayant selon eux repérés, les gendarmes allaient positionner leur véhicule à quelques mètres de là, en travers de la chaussée pour empêcher la progression de la Peugeot 2008 et en sortaient pour en interpeller le chauffeur.
    Selon les dépositions initiales des deux militaires, le capitaine DOBRITZ pointait alors son arme de service en direction du véhicule dont le moteur vrombissait. Alors que la 2008 commençait à avancer sur lui sur une distance qu’ils évaluaient à 5-6 mètres, l’officier faisait les sommations réglementaires enjoignant au conducteur de s’arrêter, ce qu’il ne faisait pas, contraignant le militaire à se décaler sur le côté du véhicule pour éviter d’être percuté.
    Le capitaine Dobritz ne fait pas usage de son arme. Craignant pour sa carrière, il ne veut pas enfreindre le protocole.
    Yannick Locatelli parvient à s’enfuir. La voiture, puissante, accélère dans la nuit. Le bandit sait piloter. Mais le Capitaine Dobritz a fait disposer deux unités pour contrôler les deux axes de sortie du quartier. Il les prévient sur son téléphone portable. Les gendarmes mettent en place les barrages. Le truand en fuite ne tarde pas à arriver face à l’obstacle. Il fait rugir le moteur pour tenter d’intimider les gendarmes. Yannick Locatelli revoit tout : ce qu’il risque en se faisant prendre. Il sait que les gendarmes ont remonté la piste des cambriolages, il sait qu’il a huit condamnations à son casier et que la prochaine va l’envoyer croupir dans une geôle pendant des années. Il sait qu’il ne verra ses filles que dans un parloir de centrale. Il réfléchit vite. Une seule solution : partir, mourir. Il accélère. Frein bloqué comme le départ d’une course de kart. Les pneus fument. Il a ouvert les fenêtres de la voiture. Sa main droite glisse dans l’accoudoir et il saisit un pistolet. Les gendarmes font des grands signes. Il joue avec l’accélérateur. Il fait monter une cartouche dans la chambre, enlève la sécurité et son doigt se presse sur la queue de détente puis de la main gauche, tenant le volant avec les genoux, il démarre. La voiture se précipite. A droite un gendarme en gilet jaune marqué Gendarmerie. Locatelli ouvre le feu. Il tire en roulant. Les balles s’éparpillent sauf une qui frappe le gendarme au-dessus de son gilet pare-balle et lui entre dans la gorge, lui arrache le larynx et brise sa moëlle épinière. Le gendarme s’effondre dans une gerbe de sang. La voiture, moteur hurlant part en dérapant. Les pneus crevés par la herse hérissée de pointes que les gendarmes ont eu le temps de placer. Yannick LOCATELLI est mort. Les gendarmes ont tiré.
    Le capitaine est raide comme un piquet devant le bureau du général. Il a les yeux tristes..
    -Mon général, veillez accepter ma démission. Je n’ai pas tiré et à cause de cela un de mes hommes a été tué. C’est une responsabilité trop lourde !
    L’Uchronie est une des trames du temps. Une possibilité. Celle-ci est crédible. Dans notre temps, le capitaine a tiré et tué Locatelli qui n’a pas tué de gendarme…Mais l’hypothèse est juste : un truand n’a pas une arme chargée à portée de main pour faire du tricot…Aussi juste au moins que de penser que le Capitaine Dobritz, saint-cyrien, malgré sa formation immense et intense est un chien fou, un cow-boy qui tire partout. Mais la magistrate ne connaît rien à la gendarmerie, n’a jamais vu une gendarmerie fonctionner sur un temps moyen. « Ce sont des citoyens ordinaires dit -elle. Mais, non justement ! ce sont des hommes et des femmes qui vivent entre eux qui ont les défauts des hommes et des femmes mais aussi un but, une mission : protéger !
    Le Capitaine Dobritz a sacrifié son uniforme pour mettre hors d’état de nuire un homme qu’il estimait dangereux. La découverte dans la voiture d’une arme chargée à portée de la main a largement justifié l’acte sacrificiel du gendarme. Romain DOBRITZ est en prison. A Baie-Mahaut. La peine est légère : deux ans de prison ferme. Mais il a perdu son uniforme, sa cuirasse de chevalier, mais ni son honneur ni sa fierté à venir. Quand le fourgon cellulaire emmènera Romain DOBRITZ, Saint-Cyrien, ex-officier, vers l’avion et son destin en métropole. Ce serait bien que les gendarmes se mettent au garde-à-vous. Que les officiers saluent. L’un des leurs s’est sacrifié pour Protéger.
    Ronan PONNET
    Journaliste Grand reporter

  11. MICHELE HUART

    Un GRAND Merci à Ronan Ponnet pour ce bel hommage à ce valeureux Capitaine Romain DOBRITZ qui a accompli sa mission avec courage ! il mérite le respect et le soutien de nous Tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.