vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / Un ancien gendarme témoigne après avoir vu des casseurs en action (vidéo)

Un ancien gendarme témoigne après avoir vu des casseurs en action (vidéo)

Il est encore abasourdi par ce qu’il a vu. Samedi 1er décembre, cet ancien gendarme mobile se trouvait à deux pas de l’Arc de Triomphe, en bas de l’avenue des Ternes dans le 17e arrondissement de Paris lorsqu’il entend “hurler”. Il se retourne et voit un “nuage sombre” remonter l’avenue depuis le boulevard Pereire.  

Lire aussi sur L’Essor: Gilets jaunes : 37000 gendarmes engagés et 12 blessés samedi

C’est un groupe d’une vingtaine de personnes qui se regroupe en criant devant la vitrine d’un magasin de téléphonie Bouygues. Quelques uns portent des gilets jaunes, mais l’essentiel de la bande est vêtue de noir, le visage dissimulé par des cagoules ou des foulards. Une capuche sur la tête et un petit sac sur le dos complètent l’équipement. 

“Le rideau de fer n’était pas baissé comme dans le magasin SFR qui se trouve juste à côté, ils l’ont donc ciblé”, explique-t-il à L’Essor, vidéo à l’appui. 

 “D’abord, ils ont cassé la vitre en plusieurs endroits avec des pavés. Ensuite, ils l’ont fait tomber à coups de pieds avant de s’engouffrer dans le magasin et de tout piller”, raconte l’ancien militaire.

En une dizaine de minutes, leur méfait accompli, la bande repart en courant dans la rue Pierre Demours, en face de l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes. Notre ancien gendarme tente, en vain, de joindre le 17.

Lire aussi sur L’Essor: L’Intérieur menacé par “l’usure” des gendarmes et des policiers

Au bout d’une demi-heure, il décide de quitter les lieux, sans avoir vu un policier ou un gendarme arriver. Seule activité constatée par notre témoin affligé: l’occasion faisant le larron, “des gens qui sont passés ont ramassé les quelques portables qui traînaient par terre devant la boutique…”

Matthieu Guyot

A voir également

Quand les députés oublient les gendarmes… dans une loi qui les concerne !

L'Assemblée nationale voulait permettre pour les policiers et les gendarmes d'anonymiser le recueil de la plainte. La formulation adoptée oublie pourtant les gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !