L'Essor

Trois policiers niçois mis en examen, l’un d’eux pour extorsion de fonds

Palais de justice de Nice août 2014 (Photo d'illustration/S.D/L'Essor).

Trois policiers d’une brigade de Nice, chargée notamment du contrôle administratif des bars et restaurants, ont été mis en examen mercredi soir, l’un d’eux pour extorsion de fonds, a-t-on appris jeudi de sources judiciaires.

Seul l’un des policiers, dont aucun n’a fait l’objet d’un mandat de dépôt, a interdiction d’exercer sa profession dans le cadre de l’ouverture de cette information judiciaire, a indiqué le parquet. Il a été mis en examen pour violation du secret professionnel pour avoir prévenu le gérant de deux bars niçois d’un contrôle d’hygiène et de trafic de stupéfiants, a précisé son avocat Me Joël Blumenkrantz.

Il est également soupçonné de détournement de données se trouvant dans des fichiers informatiques réservés à la police (concernant des identifications de personnes à partir de leurs plaques d’immatriculation).

Le policier a reconnu les deux premiers faits, mais pas deux autres chefs: la rédaction d’une fausse attestation (dans le cadre d’un litige sur une transaction entre deux restaurateurs) et une extorsion de fonds, précise son avocat.

Les deux autres policiers peuvent continuer à exercer leur profession avec l’interdiction de porter une arme. L’un a été mis en examen pour violation du secret professionnel et détournements d’informations de fichiers de police. Le troisième homme a été mis en examen pour complicité d’extorsion de fonds, précise le parquet.

Exit mobile version