samedi 4 juillet 2020
Accueil / Société / Thésée, un nouveau traitement automatisé pour les plaintes sur les escroqueries sur internet
Un fonctionnaire de l'OCLCTIC auquel sera rattaché la plateforme THESEE. (Capture écran / Dicom)
Un fonctionnaire de l'OCLCTIC auquel sera rattaché la plateforme THESEE. (Capture écran / Dicom)

Thésée, un nouveau traitement automatisé pour les plaintes sur les escroqueries sur internet

Escroqueries à la carte bancaire, aux faux sites de vente en ligne, au chantage et à l’extorsion de fonds. À partir du 1er juillet 2020, la plateforme Thésée recueillera les plaintes et les signalements.

Ce traitement automatisé des plaintes est officialisé à la suite de la publication, ce mardi, d’un arrêté au Journal officiel. Il porte le nom du héros de la mythologie Thésée  (Traitement harmonisé des enquêtes et des signalements pour les e-escroqueries). C’est la Police nationale qui est derrière ce projet. Les autorités avaient annoncé travailler sur ce chantier pour la première fois au FIC, en janvier 2017.

Lire aussi: Création d’une délégation ministérielle chargée des cybermenaces

Comment va fonctionner cette plateforme? La victime pourra y accéder de façon sécurisée via FranceConnect. L’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) recueillera les données transmises par les victimes. Ce service contribue également à la gestion de la plateforme Pharos de signalement des contenus illicites en ligne.

Plaintes et signalements de victimes majeures

Sont concernés seulement les plaintes et signalements déposés par des victimes majeures et dirigés contre un auteur inconnu. Les modes opératoires sur internet concernés sont nombreux car l’imagination des escrocs n’a pas de limites. Escroquerie aux sentiments, à la petite annonce, aux faux sites de vente en ligne, ou encore l’utilisation de données volées ou d’une boîte mail piratée. Sans oublier enfin, le chantage et l’extorsion via le piratage d’un ordinateur ou par une demande de rançon à travers un rançongiciel. La Commission nationale de l’informatique et des libertés, comme le veut la loi, a donné son avis publié également ce mardi au Journal officiel.

Thésée cohabitera avec la plateforme Perceval de signalement des fraudes à la carte bancaire. Les gendarmes avaient lancé cet outil il y a près de deux ans. “Nous travaillons à la complémentarité de Perceval avec Thésée“, précisait alors l’ancien chef du centre de lutte des criminalités numériques, le colonel Nicolas Duvinage, avec une orientation des victimes en ligne sur la plateforme adéquate.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *