mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / Terrorisme : face aux suspects potentiels, Police et Renseignement ciblent leurs investigations

Terrorisme : face aux suspects potentiels, Police et Renseignement ciblent leurs investigations

Mettre sous surveillance permanente les centaines d’individus susceptibles, comme le jeune Alexandre arrêté mercredi, de basculer dans la violence jihadiste serait impossible et contre-productif, estiment jeudi des sources concordantes.

Face à cette menace protéiforme, constituée d’apprentis-terroristes entraînés et déterminés, d’illuminés ou de marginaux et de tous les profils intermédiaires possibles entre les deux, les services de Police et de renseignement établissent des listes de suspects, par ordre décroissant de dangerosité présumée et sélectionnent ainsi les cibles de leurs investigations.

“Dans le cas de cet Alexandre, il avait été repéré, le Sdig” (Sous-direction de l’information générale, ex-RG) “avait fait son travail en le transmettant au bureau de liaison avec la DCRI qui a fait le tri”, confie une source proche du dossier. “S’il transmettait toutes les fiches à la DCRI, c’est comme s’il n’en transmettait aucune. Si vous voulez trouver des profils comme celui-ci, il y en a 300 tous les vendredis qui prient dans la rue Jean-Pierre Timbaud”.

Un jeune converti à l’islam, prénommé Alexandre, a été arrêté mercredi dans les Yvelines et a reconnu avoir agressé un militaire samedi dernier à la Défense. Mettre en place autour d’un suspect une surveillance physique 24 heures sur 24 exige la mobilisation de six à huit policiers par tranche de 8 heures, soit de 18 à 24 fonctionnaires par jour: le nombre de sujets ainsi surveillés est donc par définition limité. “Ce que nous faisons”, explique, sous couvert d’anonymat, l’un des responsables de la lutte antiterroriste, “c’est que nous établissons des listes. Ceux qui semblent les plus dangereux, les plus susceptibles de passer à l’action sont surveillés en permanence, les autres moins, en fonction des moyens. La liste évolue en permanence, certains montent, d’autres descendent. Le tout est d’avoir les bons noms à la bonne place… Et ce n’est pas facile”.

“Repérage précoce”

Eric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), ajoute que “pour surveiller tout le monde il faudrait d’abord multiplier par dix les effectifs des services de Police et de Renseignement. Ensuite ce serait porter atteinte aux lois fondamentales de la République. Enfin ce serait contre-productif, parce que les services seraient noyés sous la masse des informations inutiles”. “Alors il y a ceux qui sont surveillés 24 heures sur 24, puis ceux qui sont seulement sur écoutes, puis ceux auprès desquels ils font un sondage toutes les semaines ou tous les quinze jours pour voir ce qu’ils deviennent”, ajoute-t-il.

“Mohamed Merah était un peu dans ce cadre-là”. “C’est un peu le même problème qu’avec les grands criminels dont on craint qu’un jour ils ne passent à l’action: de temps en temps les gars de la PJ vont les voir, surveillent ce qu’ils deviennent, mais pas en permanence. Ils leur font un peu peur, leur disent +On t’a dans le collimateur, si tu bouges, tu plonges+, et généralement cela les calme. Mais, un beau jour, il y en a toujours un qui braque une bijouterie”, poursuit Eric Dénécé.

“Dans le cas de cet Alexandre, qui relève plus du déséquilibré que du terroriste, en fait c’est un succès: il avait été repéré alors qu’il n’avait commis aucun délit. La Sdig avait fait de manière très correcte le travail de repérage précoce”, conclut-il.

Selon la même source proche du dossier, le jeune Alexandre avait été repéré parce qu’il priait dans une impasse d’une ville de banlieue et qu’à Guyancourt des policiers municipaux avaient remarqué qu’il attendait le bus à côté de l’abribus parce qu’il estimait que sa religion lui interdisait de côtoyer des femmes. Faute d’autres indices, et avant qu’il ne passe à l’action avec un couteau Laguiole récemment acheté, pas de quoi monter en tête de liste des terroristes potentiels.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.