mardi 24 novembre 2020
Accueil / Société / Sivens : une sculpture érigée en mémoire de Rémi Fraisse
Des gendarmes mobiles à l'entrainement (M. Guyot/Essor)
Des gendarmes mobiles à l'entrainement (M. Guyot/Essor)

Sivens : une sculpture érigée en mémoire de Rémi Fraisse

Une sculpture a été érigée dans la nuit de lundi à mardi à Sivens (Tarn) en hommage à Rémi Fraisse mort il y a près d’un an lors de heurts opposant des militants à des gendarmes. Le monument de 1,8 tonne et de plus de 2 mètres de haut représente une main en pierre de Castries sur laquelle est posée la planète Terre en roues de charrette de bois cerclées d’acier.

“Nous humains, enfants de la Terre continuons le combat pour la vie”, ont écrit les auteurs de l’oeuvre, sur une plaque. “Ce monument rend hommage à la mémoire de Rémi Fraisse, tombé sous les tirs des gendarmes il y a un an, et à toutes celles et ceux qui continuent à lutter pour l’environnement et l’humanité”, a expliqué l’un des membres du groupe, “La Pelle Masquée” à l’origine de cette initiative.

Rémi Fraisse est décédé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014. L’enquête est toujours en cours, mais le gendarme, auteur du tir de grenade offensive concomitant à la mort du militant, a été exonéré par le rapport de l’Inspection général de la gendarmerie en décembre 2014.

Marche blanche et manifestation dimanche prochain 

Un collectif soutenu par de nombreuses associations a décidé d’organiser dimanche une marche de recueillement sur les lieux de la mort du jeune militant. Les écologistes Cécile Duflot, José Bové et Gérard Onesta se sont également annoncés. La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont également fait part de leur intention de manifester le même jour, non loin de là, à Barrat, en faveur du barrage dont “une version light” est envisagée.

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal avait enterré le projet initial en janvier 2015. “Nous voulons un moment de recueillement. S’il y a une contre-manifestation, il y a un risque de problème”, a souligné le collectif, appelant les pro-barrage à changer la date de leur manifestation.

La préfecture doit rencontrer les deux parties d’ici jeudi.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.