jeudi 4 mars 2021
Accueil / Articles abonnés / Sécurité routière et confinement: moins de morts mais les grands excès en hausse
obtenez le dossier "Réussir le concours de sous-officier"
Avec 40 % de personnes décédées en moins par rapport à l’année précédente, le mois de mars a été un très bon cru pour la sécurité routière (Photo: M.Guyot/L'Essor).
Avec 40 % de personnes décédées en moins par rapport à l’année précédente, le mois de mars a été un très bon cru pour la sécurité routière (Photo: M.Guyot/L'Essor).

Sécurité routière et confinement: moins de morts mais les grands excès en hausse

Les chiffres de la sécurité routière sont formels. En réduisant drastiquement la circulation, le confinement a eu un effet bénéfique sur le nombre de morts et de blessés sur la route.

Si la situation n’était pas si tragique, on pourrait se réjouir de cette embellie. En effet, confinement oblige, la circulation routière a été drastiquement réduite à partir du 17 mars 2020. Résultat, les indicateurs de l’Observatoire national interministériel à la sécurité routière (ONISR) sont tous au vert pour le mois de mars en France métropolitaine.

Les indicateurs de la sécurité routière en forte baisse

Durant cette période, “154 personnes sont décédées sur les routes, contre 255 en mars 2019, soit 101 personnes tuées en moins (- 39,6 %)”, note la Sécurité routière.

Les autres indicateurs sont également en forte baisse : 2.443 accidents corporels contre 4.298 en mars 2019 (- 43,2 %), et 2.965 personnes blessées contre 5.326 en mars 2019 (- 44,3 %).

Seule ombre au tableau, “le nombre de morts dans la catégorie des conducteurs professionnels de véhicules utilitaires ou poids lourds ne baisse pas”.

Face à ces routes vides, les gendarmes, et en particulier ceux des escadrons départementaux de sécurité routière, seraient donc condamnés à se tourner les pouces ? Pas du tout, car la réduction du nombre de véhicules en circulation a donné de mauvaises idées à certains.

Mais les grands excès de vitesse en hausse

La semaine du 30 mars au 5 avril, “les grands excès de vitesse, supérieurs à 50 km/h au-delà de la vitesse autorisée, enregistrés par le seul contrôle automatisé […], ont connu une augmentation de 12 % par rapport à la dernière semaine avant le confinement (9 au 15 mars)”, regrette la sécurité routière.

Un constat identique à celui du terrain, dont les citoyens étaient les premiers à se plaindre. Ainsi, en Essonne, “beaucoup de gens se plaignaient, sur notre page Facebook, du fait que certains roulaient très vite sur les départementales”, explique la patronne du groupement, la colonelle Karine Lejeune. Elle a donc décidé de renforcer les contrôles.

Lire aussi: Sécurité routière : le Sénat adopte la loi visant à sanctionner les rodéos motorisés

Bonne pioche : “En dix jours, nous avons retiré 60 permis de conduire et procédé à 6 immobilisations judiciaires”, précise-t-elle. Avec, en guise de record, un motard contrôlé à 250 km/h sur une route limitée à 90 km/h.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.