samedi 15 mai 2021
Accueil / Articles abonnés / Respect du confinement : des agressions intolérables
Faire respecter le confinement n'est pas toujours tâche aisée pour les gendarmes (Photo: L.Picard/L'Essor).
Faire respecter le confinement n'est pas toujours tâche aisée pour les gendarmes (Photo: L.Picard/L'Essor).

Respect du confinement : des agressions intolérables

Les gendarmes contrôlent le respect du confinement pour le bien de tous. Certains contrevenants ne le supportent pas. Florilège d’outrages et de violences en tout genre.

Les interventions des gendarmes peuvent s’avérer des moments tendus. Celles qui ont lieu dans le cadre du confinement n’échappent malheureusement pas à la règle, comme le montrent quelques exemples à travers toute la France.

Le confinement ? Par pour tout le monde…

Ainsi, le 20 mars à Muret, en Haute-Garonne, un livreur à vélo de 26 ans s’en prend aux gendarmes qui veulent contrôler son attestation. Il saisi un marteau pour frapper l’un d’eux, heureusement protégé par son gilet pare-balles et un téléphone qui s’en trouve fort démoli. Ce coup de sang lui vaudra 18  mois de prison, dont 9 avec sursis.

Dans l’Est, à Epinal, c’est un jeune homme d’une vingtaine d’années, ivre, qui a été condamné à 12 mois de prison, dont 6 mois ferme, pour avoir agressé, le 21 mars, le gendarme qui contrôlait son attestation. Le militaire, en patrouille à Senones, dans les Vosges, s’était vu prescrire deux jours d’incapacité temporaire de travail.

Le 27 mars, un automobiliste a renversé deux motocyclistes de la Gendarmerie. Ils avaient tenté de le contrôler à Soumoulou, une commune béarnaise des Pyrénées-Atlantiques, mais l’homme avait pris la fuite. Rattrapé et acculé par les militaires, il a foncé sur eux en marche arrière. L’un des gendarmes a les cervicales atteintes, ce qui lui a valu deux jours d’incapacité temporaire de travail. Le chauffard et ses passagers sont en fuite.

4 jours d’ITT pour un gendarme à Béthune

En   Bretagne, à Guipavas, dans le Finistère, les gendarmes du Psig local ont eu fort à faire, le 1er avril, en contrôlant un véhicule de chantier vers 23 h. Le conducteur, manifestement ivre, s’est rebellé, tout comme son passager dans le même état. Ce dernier a, en plus, craché sur les militaires se prétendant atteint du Covid-19. Tous deux âgés de 39 ans, ils ont été placés en garde à vue.

Lire aussi: Perpignan : 12 mois de prison avec sursis pour l’agression d’un gendarme en civil

Le 8 avril, un homme qui circulait sur un chemin de halage près de Béthune a refusé le contrôle de deux gendarmes, qu’il a insultés. Les militaires ont alors appelé du renfort. Mais l’homme a résisté, frappant au visage l’un des gendarmes arrivés sur les lieux, lui causant 4 jours d’ITT. L’agresseur a été placé en garde à vue, notamment pour violence sur agent de la force publique.  

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.