lundi 26 octobre 2020
Accueil / Société / Manuel Vals veut renforcer la coordination des services de Renseignement
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls (Photo Matthieu GUYOT/Essor)

Manuel Vals veut renforcer la coordination des services de Renseignement

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a annoncé mardi devant les députés qu’il allait renforcer “la coordination” des services de renseignement en particulier les services de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) critiquée dans l’affaire Merah.

M. Valls a évoqué l’affaire Merah lors de l’ouverture du débat sur un projet de loi sur le terrorisme, déjà adopté au Sénat, qui permet de poursuivre des Français commettant des actes de terrorisme à l’étranger ou partant s’y entraîner au jihad. Revenant sur les “failles incontestables” du système de renseignement révélés par l’affaire Merah, sur laquelle a été rendu un rapport, M. Valls a indiqué que malgré “les limites” il fallait conserver l’organisation DCRI mais améliorer “la coordination”, ce qui sera fait “dans les meilleurs délais”. “La DCRI a fait la démonstration et de sa cohérence et de sa capacité d’action”, a-t-il assuré avant de détailler les améliorations prévues.

“Il est primordial de s’assurer que le dialogue entre le niveau central et les niveaux locaux se déroule dans les meilleures conditions”, a-t-il dit. “Une structure de coordination dédiée va donc être créée”, a-t-il indiqué. “Le renforcement de la coordination entre le renseignement intérieur et l’information générale est également nécessaire”, a-t-il dit. “Des structures de liaisons permanentes entre les services de la DCRI et de l’information générale vont être mises en places”, a-t-il ajouté.

“La coordination doit être renforcée entre les services territoriaux de la DCRI et les services locaux de la Police et de la Gendarmerie”, a-t-il encore indiqué. “Ces réformes à venir visent par le renforcement de la coordination à développer la capacité d’action territoriale”, a-t-il expliqué. Le rapport sur l’affaire Merah, rendu public en octobre, préconisait de meilleurs échanges d’information entre les services –police judiciaire, renseignement ou gendarmerie–, dont les relations sont encore trop empreintes de méfiance.

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.