samedi 23 mars 2019
Accueil / Société / Procès de Christophe Dettinger: l’ancien boxeur va demander un délai
La salle des pas perdus du tribunal de grande instance de Paris. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/L'Essor).
La salle des pas perdus du tribunal de grande instance de Paris. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/L'Essor).

Procès de Christophe Dettinger: l’ancien boxeur va demander un délai

Le procès de l’ancien boxeur Christophe Dettinger devrait être reporté, ce mercredi 9 janvier. Le fonctionnaire territorial de 37 ans doit être jugé en comparution immédiate pour violences volontaires en réunion sur deux gendarmes mobiles par la 23e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Lire aussi sur L’EssorProcès de l’ex-boxeur : les deux gendarmes blessés sur la passerelle veulent que la justice fixe “une ligne rouge”

Mais son avocate, Me Laurence Leger a annoncé à L’Essor l’intention de son client de demander un délai pour préparer sa défense. “Ce n’est pas le procès des gilets jaunes, c’est le procès de Christophe Dettinger”, a-t-elle expliqué, ajoutant que son clientne veut pas être un symbole”. Me Leger a précisé qu’il “regrette profondément” les actes qui lui valent de comparaître. 

La justice aura donc à se prononcer sur la question du maintien en détention ou du placement sous contrôle judiciaire de l’ancien boxeur. A sa décharge, Christophe Dettinger affiche un casier vierge. Pour Me Leger, ce délai supplémentaire permettra également boucler les investigations et d’identifier les autres auteurs des coups.

Question du maintien en détention

Sa reddition tardive et la question de l’ordre public pourraient, estime Me Jean-Philippe Morel, peser pour le maintien en détention de Christophe Dettinger. L’avocat représente l’association professionnelle Gendarmes et citoyens, qui a annoncé son intention de se constituer partie civile.

Nous attendons que justice soit rendue, explique-t-il à L’Essor. Les revendications sociales exprimées ne justifient pas la remise en cause des institutions de la République, dont les gendarmes font partie.” L’avocat estime également que les manifestations ne peuvent “exempter de leurs responsabilités” les Gilets jaunes. “Nous espérons que ce procès permette une prise de conscience collective”, poursuit-il.

Samedi 5 janvier, sur la passerelle Senghor, à Paris, la manifestation de Gilets jaunes avait dégénéré. Un gendarme mobile, tombé à terre, avait été roué de coups, tandis qu’un autre avait dû faire face à une pluie de coups de poing. Christophe Dettinger, identifié dans une vidéo, s’était rendu à la police le lundi matin.

G.T.

A voir également

Entendu comme témoin dans une brigade, il vole l’enceinte d’un gendarme!

Affaire pas banale dans le Doubs. Un individu entendu comme témoin dans une affaire d’agression …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *