mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / Prison ferme requise après des heurts entre jeunes et policiers

Prison ferme requise après des heurts entre jeunes et policiers

Le Parquet d’Evry a requis jeudi 18 mois de prison dont six avec sursis contre quatre jeunes hommes accusés d’avoir participé à des heurts dans la cité de la Grande-Borne (Essonne), où des policiers avaient été blessés par des tirs de plombs en 2008. La décision sera rendue le 19 avril

Le 2 mars 2008, des affrontements avaient débuté en milieu d’après-midi dans cette cité réputé sensible, à cheval sur Grigny et Viry-Châtillon, alors que des jeunes s’en prenaient au Fournil, une boulangerie du quartier, tentant d’y mettre le feu. A l’arrivée de la Police, les manifestants, dont beaucoup de mineurs, avaient pris la fuite avant d’être rejoints par une vingtaine d’autres personnes. Un ou deux coups de feu, vraisemblablement de fusil à pompe, chargés avec du plomb, avaient été tirés en direction des policiers. Des projectiles et des bouteilles avaient été lancés vers les policiers.

Cinq policiers avaient été blessés lors de l’agression, qualifiée à l’époque de “guet-apens” par la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie. Lors de l’audience, les quatre prévenus ont tous nié les faits, affirmant avoir été de simples “spectateurs” des violences. “J’ai eu écho que ça chauffait, je suis venu par curiosité, pour voir”, a déclaré l’un d’eux. Les débats se sont concentrés sur un témoignage anonyme et des déclarations de personnes elles-mêmes mises en cause par d’autres témoins, dont plusieurs se sont rétractés peu après. “Le témoignage anonyme comporte quelques points de faiblesse”, a reconnu la procureure dans sa réquisition. Mais “nous disposons de suffisamment de preuves” pour condamner les prévenus, a-t-elle ajouté, s’appuyant notamment sur des traces ADN retrouvées sur une bouteille ayant servi de projectile.

“Il s’agit d’une opération concertée de manière évidente et non pas de faits qui auraient dégénéré”, a-t-elle estimé. La cité de la Grande-Borne est située dans un quartier sensible de l’Essonne où les violences urbaines sont fréquentes. “J’habite à 20 mètres des lieux. J’en ai vu des centaines des émeutes”, a déclaré l’un des prévenus.

En août 2012, trois policiers avaient été blessés par des tirs de plombs et de mortier de feu d’artifice lors d’échauffourées. En juin 2011, cinq CRS avaient été légèrement blessés après avoir été pris à partie par une vingtaine de personnes alors qu’ils procédaient à des contrôles à l’entrée de la Grande-Borne. Les quatre prévenus jugés jeudi à Evry sont les quatre seules personnes majeures mises en cause dans cette affaire. Plusieurs mineurs doivent encore être jugés en avril.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.