mardi 20 octobre 2020
Accueil / Société / Primes en liquide : Claude Guéant et Michel Gaudin placés en garde à vue
ant en appel ( Photo M. Guyot/Essor)
Paris, le 14 septembre 2011, audition du ministre de l’Intérieur Claude Guéant devant la commission des lois de l’Assemblée nationale dans le cadre de l'affaire de la violation du secret des sources du Monde dans l'affaire Woerth/ Bettencourt.( Photo d'illustration/ M. Guyot/Essor).

Primes en liquide : Claude Guéant et Michel Gaudin placés en garde à vue

Deux très proches de Nicolas Sarkozy, son ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant et son actuel directeur de cabinet Michel Gaudin, ont été placés mardi en garde à vue dans l’enquête sur les primes en liquide versées place Beauvau.

C’est la première fois en France que deux anciens responsables de la Police de ce niveau sont entendus sous ce régime.

Les faits sur lesquels les enquêteurs entendent les interroger lors de ces gardes à vue, révélées par Europe 1, remontent à la période où Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur. Claude Guéant était alors son directeur de cabinet, avant de le suivre à l’Elysée comme secrétaire général. Le préfet Michel Gaudin était directeur général de la Police nationale et de ce fait en charge des fonds d’enquête, dont les policiers cherchent à déterminer s’ils ont été détournés. Il devait ensuite être nommé au poste très sensible de préfet de police de 2007 à 2012.

10.000 euros mensuels de primes non déclarées

Les deux hommes ont été convoqués dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre. Claude Guéant va être questionné sur les quelque 10.000 euros mensuels de primes non déclarées qu’il aurait perçues entre 2002 et 2004, lorsqu’il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau.

Une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, complicité et recel avait été ouverte mi-juin à la suite de la publication d’un rapport des inspections générales de l’administration et de la Police nationale, selon lequel ces primes en liquide, puisées dans les “frais d’enquête et de surveillance” des policiers, avaient été remises à cette époque à Claude Guéant.

Les deux hommes ont été relâchés, Michel Gaudin, en fin d’après-midi , Claude Guéant, dans la soirée.

L’enquête se poursuit, a indiqué le parquet de Paris.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.