jeudi 25 février 2021
Accueil / A la Une / Pourquoi l’écrivain Alexandre Jardin s’est trompé en mettant à l’index les gendarmes
L'écrivain Alexandre Jardin (Capture d'écran vidéo Cultura).

Pourquoi l’écrivain Alexandre Jardin s’est trompé en mettant à l’index les gendarmes

Commentant une intervention des gendarmes en Ille-et-Vilaine, le célèbre écrivain Alexandre Jardin n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Mais son message publié sur Facebook comportait pourtant plusieurs inexactitudes.

Ce 10 février, Alexandre Jardin prend la plume sur Facebook. Un ami vient de lui confier son récit d’une intervention des gendarmes, dans un petit bourg près de Rennes. L’écrivain –il est par exemple l’auteur du Zèbre, un livre adapté au cinéma avec Thierry Lhermitte– est ému par l’histoire. Il en fera un post partagé plus de 7.000 fois, racontant le drame d’un maraîcher, dont l’activité a été fragilisée par le confinement, qui s’est suicidé, et dont l’enterrement a été troublé par une intervention des gendarmes. Un récit qui avait tout pour émouvoir l’écrivain, qui a déjà alerté sur les suicides liés à la crise sanitaire et qui s’était prononcé contre de nouvelles restrictions sur les déplacements.

Un exemple d’un “pays en perte de repères” pour Alexandre Jardin

“Six voitures de gendarmerie déboulent et parlent mal aux gens, précise Alexandre Jardin. Le gendarme aboie, traite sans déférence l’élu du peuple, fait relever l’identité des citoyens présents. Tout sera envoyé au procureur. On traite les villageois en état de choc comme des gangsters, à la sortie d’un enterrement. Scène ordinaire extraordinaire dans un pays en perte de repères. Comme si le sacré n’existait plus, comme si l’élu ne représentait plus le peuple. Comme si les valeurs de notre République ne comptaient plus.”

Des faits choquants? Oui, si l’intervention des gendarmes à Saint-Gonlay s’était vraiment passée ainsi. Mais toujours sur Facebook, la Gendarmerie d’Ille-et-Vilaine a donné une autre version des faits. “Contrairement à ce qui est affirmé sur les réseaux sociaux, le rassemblement ne faisait pas suite aux obsèques, et l’action des gendarmes a toujours été guidée par un souci d’apaisement et une volonté de dialogue”, écrivent les gendarmes bretilliens.

La parole des gendarmes appuyée par le maire

La parole des gendarmes est même appuyée par l’un des protagonistes de l’affaire. Le maire de Saint-Gonlay, qui a été verbalisé, l’assure. “La moitié de ce qui a été écrit par cet écrivain est faux”, explique l’élu dans Ouest-France. Et de souligner se sentir “dépassé par l’ampleur de la polémique, abasourdi par certains commentaires”. Tout en maintenant que la réponse des gendarmes était “disproportionnée”. 

Lire aussi: Ille-et-Vilaine : deux casernes de Gendarmerie inaugurées à Liffré et Chateaubourg

Selon actu.fr, l’hommage à la mémoire de Marcel, un agriculteur bio qui s’était donné la mort quelques jours plus tôt, avait commencé à 16h. “Les gens sont venus avec des gâteaux et des boissons, mais nous n’avons pas fait ouvrir le bar, il était fermé et nous étions devant”, explique la mairie du village. Deux heures et demi plus tard, un riverain appelle les gendarmes, “en raison de nuisances générées sur la voie publique par plusieurs dizaines de personnes dont certaines consomment de l’alcool et d’autres n’ont pas de masques”, expliquent les militaires. 

Sur place trente minutes plus tard, les gendarmes constatent la présence d’une trentaine de personnes. Finalement, ils dresseront une douzaine de contraventions pour ce non respect du couvre-feu. Tout en ne verbalisant pas la famille du défunt et les enfants, une preuve de leur discernement. Une affaire finalement bien triste, qui n’avait pas lieu d’être montée en épingle.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.