dimanche 27 septembre 2020
Accueil / Société / Les Forces de l’ordre et les militaires ciblés en priorité par les terroristes
Des soldats en opération Sentinelle à Antibes en juillet 2016. (Crédit photo S.D. L'Essor).
Des soldats en opération Sentinelle à Antibes en juillet 2016. (Crédit photo S.D. L'Essor).

Les Forces de l’ordre et les militaires ciblés en priorité par les terroristes

Les policiers et les militaires sont, en France depuis quelques années, des cibles privilégiées d’attaques terroristes, le plus souvent commises au nom du jihad. Un policier a été agressé mardi sur le parvis de Notre-Dame à Paris par un homme muni d’un marteau qui a été blessé par un tir de riposte, selon la préfecture de police. Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête à la suite de cette agression.

Rappel des précédents:

– 2017 –

Paris, le 14 novembre. Policiers et journalistes devant la salle du Bataclan ou des hommes armés ont commis un véritable carnage la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR
Paris, le 14 novembre. Policiers et journalistes devant la salle du Bataclan ou des hommes armés ont commis un véritable carnage la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR

– 20 avr: un policier est tué par balles et deux autres sont blessés dans la soirée, sur les Champs-Elysées, par un repris de justice français de 39 ans, Karim Cheurfi, qui est aussitôt abattu. L’attentat est revendiqué peu après par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

– 18 mars: un homme de 39 ans est abattu par les forces de sécurité à l’aéroport d’Orly-Sud (sud de Paris) après avoir attaqué une patrouille militaire, en criant: “Je suis là pour mourir par Allah. De toutes façons il va y avoir des morts.” L’attaque n’est pas revendiquée et les motivations de l’agresseur, délinquant multirécidiviste et toxicomane, restent floues.

– 3 fév: un Égyptien de 29 ans, armé d’une machette dans chaque main, se précipite sur quatre militaires en patrouille au Carrousel du Louvre à Paris, en criant “Allah Akbar“. L’assaillant est grièvement blessé par des tirs de riposte, un militaire est légèrement blessé à la tête.

– 2016 –

– 13 juin: un policier est tué de plusieurs coups de couteau en soirée devant chez lui à Magnanville, près de Paris.

Des policiers du Raid lors d’une démonstration (Photo d’illustration).

L’assaillant se retranche dans la maison avant d’être abattu par le Raid, qui découvrira le corps de la compagne du policier, qu’il a égorgée, et le fils du couple, 3 ans, sain et sauf. L’homme s’était réclamé de l’EI et une agence proche de l’organisation jihadiste l’a décrit comme “un combattant de l’EI“.

– 7 jan: un homme armé d’un hachoir et d’une fausse ceinture d’explosifs est abattu après avoir crié “Allah Akbar” en s’approchant du commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris. Il porte sur lui une revendication manuscrite dans laquelle il fait allégeance au groupe EI.

– 2015 –

– 3 fév: A Nice, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont agressés au couteau. L’assaillant présumé, Moussa Coulibaly, 30 ans, demeurant à Mantes-la-Jolie (Yvelines), exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs.

Manifestation à Caen après l’attentat contre Charlie Hebdo. (Photo d’illustration S.D/L’Essor)

– 8 jan: Amédy Coulibaly tue une policière municipale à Montrouge (banlieue de Paris) avant de prendre en otage le lendemain les clients et employés d’un supermarché casher de Paris, tuant quatre d’entre eux, tous juifs.

Il est abattu quelques heures après par la police quasi-simultanément avec les frères Chérif et Saïd Kouachi, auteurs de la tuerie du 7 janvier au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris (12 morts dont deux policiers).

 

 

– 2014 –

– 20 déc: Un homme d’une vingtaine d’années agresse des policiers avec un couteau en criant “Allah Akbar“, au commissariat de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), avant d’être abattu.

– 2013 –

– 25 mai: un militaire en faction est agressé à coups de cutter à La Défense (banlieue ouest de Paris) par Alexandre Dhaussy, 22 ans, converti à l’islam. Arrêté quelques jours plus tard, il reconnaît avoir agi au nom du jihad. Fin 2015, il est déclaré irresponsable pénalement en raison de troubles psychiatrique par la justice qui ordonne son hospitalisation.

– 2012 –

– 11 et 15 mars: Mohamed Merah, 23 ans, tue trois militaires par balles dans la rue, à Toulouse et Montauban. Il tue, le 19 mars, trois enfants et un enseignant dans un collège juif de Toulouse, avant d’être abattu le 22 mars par le Raid qui assiège son appartement depuis la veille.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *