lundi 23 novembre 2020
Accueil / Société / Place Vendôme, manifestation contre une “justice en carton”
7000 policiers ont manifesté devant le ministère de la Justice mercredi 14 octobre (Photo M. GUYOT/ESSOR)
Manifestation de policiers devant le ministère de la Justice mercredi 14 octobre 2016 (Photo d'illustration/ M. GUYOT/ESSOR)

Place Vendôme, manifestation contre une “justice en carton”

“Sortez vos sifflets et soufflez pour protester contre ces tueurs de flics libérés par le système”: plus de 7.000 policiers ont exprimé mercredi leur ras-le-bol, sous les fenêtres du ministère de la Justice.

Noire de monde, la place Vendôme est agitée par une marée de drapeaux syndicaux, d’où émergent ponctuellement les nuées de fumigènes bleu-blanc-rouge des manifestants scandant “policiers en colère”. Une première en trente ans devant la chancellerie, avec près de 7.500 manifestants selon la préfecture de police.

L’ambiance de la manifestation:

Sur une façade de la place, une banderole noire sur un échafaudage donne le ton du rassemblement: “Police/justice: la rupture”.

 (Photo M. GUYOT/ESSOR)
(Photo M. GUYOT/ESSOR)

“On est d’abord là parce qu’il y a un problème de suivi par la justice de ce qui se passe sur le terrain. Les gens interpellés sont souvent les mêmes, ils passent en justice et sont relâchés ou peu condamnés. Comme il n’y a aucune sanction, ils recommencent”, témoigne un officier parisien, qui, comme ses collègues, souhaite rester anonyme.

“On croit à notre boulot, mais on a l’impression de bosser dans le vide”, approuve un policier de 30 ans basé en Seine-Saint-Denis.

La semaine dernière, un policier a été grièvement blessé dans ce département par un malfaiteur en cavale, un détenu qui n’était jamais rentré de permission, provoquant une vague d’indignation au sein des forces de l’ordre.

Près de la colonne au centre de la place, une dizaine de policiers du commissariat de Saint-Denis portent un t-shirt marqué au dos d’une cible de tir avec la silhouette d’un policier au centre. Au sol, des dizaines de bougies dessinent le nom de Yann, le policier grièvement blessé.

 (Photo M. GUYOT/ESSOR)
(Photo M. GUYOT/ESSOR)

Face aux manifestants, tous en civil, pour beaucoup en jean, manteau à capuche ou veste en cuir, l’entrée du ministère est défendue par d’autres policiers, en uniforme, eux.

Sur un drap blanc un slogan dénonce: “Justice en carton: Policiers en dépression”. Des sirènes de police résonnent en fond sonore, entrecoupées des détonations de pétards.

“C’est l’expression d’un ras-le-bol général. On n’a rien contre la justice en tant qu’institution, mais les magistrats en sont réduits à gérer la pénurie. Si la justice n’a pas les moyens de travailler, on ne sert à rien”, nuance un commissaire parisien.

“Depuis des années, on nous ajoute de plus en plus de missions sans que les moyens suivent, c’est incohérent. On assume les promesses des politiques, mais avec les mêmes moyens, c’est dangereux”, dénonce-t-il.

 (Photo M. GUYOT/ESSOR)
(Photo M. GUYOT/ESSOR)

La Garde des Sceaux n’a pas exclu de recevoir une délégation de l’intersyndicale, mais les représentants des policiers visent plus haut et au micro, l’un d’eux en appelle directement à François Hollande, qui a fait savoir qu’il recevrait une délégation la semaine prochaine: “Monsieur le président de la République, redonnez-nous les moyens d’être fiers d’être policiers, recevez sans délai l’intersyndicale”.

Certains n’ont pas oublié leurs “camarades de la Gendarmerie nationale” qui ne “peuvent pas s’exprimer”. Un rappel de Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie officiers, auquel la foule a répliqué en choeur “Les gendarmes, avec nous”.

 

Manque de moyens, augmentation des violences contre les policiers, multiplication des missions…, la lassitude pointe chez beaucoup. “Nous sommes fatigués, Mme Taubira. Regardez ces policiers qui endurent jets de pierre et tirs d’armes de guerre”, lance à la tribune Laurent Martin de Fremont, du syndicat Unité SGP Police.

“Depuis les attentats de janvier, on fait les plantons et on patrouille non stop”, témoigne un policier. “Les moyens ne sont pas là, on nous a repris nos gilets pare-balles périmés et on a un seul gilet neuf pour tout le commissariat, qui est porté 24h sur 24.”

 (Photo M. GUYOT/ESSOR)
(Photo M. GUYOT/ESSOR)

Un peu plus tard, la seule évocation du nom de la ministre par  Philippe Capon, le secrétaire général de l’Unsa-Police entraînera des huées et des cris: “Taubira, démission”.

 

 

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. JP Foucaud

    Quand la police descend dans la rue,c’est un signe,que tout va très bien dans le meilleur des mondes …..!! Et nos sinistres vont blablater pendant des jours!
    Faisant de belles promesses,qu’ils ne tiendrons jamais !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.