samedi 15 mai 2021
Accueil / A la Une / Pas de subvention publique pour Julien Courbet pour son documentaire sur le GIGN
L'animateur Julien Courbet (Capture d'écran vidéo RTL).
L'animateur Julien Courbet (Capture d'écran vidéo RTL).

Pas de subvention publique pour Julien Courbet pour son documentaire sur le GIGN

Il n’y a pas de petites économies: la société de production de Julien Courbet, qui contestait le refus du Centre national du cinéma de lui verser une subvention pour la réalisation d’un documentaire sur le GIGN, vient d’être déboutée.

“La vie secrète des combattants de la liberté: au coeur du GIGN”. C’était le titre de travail d’un documentaire de La Concepteria, la société de production de l’animateur Julien Courbet, qui officie aujourd’hui aux manettes de l’émission Capital. Finalement diffusé sur la chaîne C8 en avril 2019, le film de 70 minutes vient de refaire parler lui. La cour administrative d’appel de Paris vient en effet, au début du mois de février, de débouter la société de production. Celle-ci contestait le refus du Centre national du cinéma et de l’image animée de lui verser une subvention. 

Tournage d’un an

La société privée, qui ne publie pas son chiffre d’affaires, avait demandé 43.000 euros, un coup de pouce permettant d’aider la production dans son investissement. “Le tournage s’est étalé sur une période d’un an, racontait à la presse télé l’un des trois co-réalisateurs. Cela nous a permis d’observer différentes phases de la vie de ce groupe et surtout de les appréhender. Ils n’acceptent quasiment jamais d’être filmés, pour des raisons à la fois stratégiques et de sécurité… En outre, ce ne sont pas des personnes habituées à parler. Il a fallu gagner leur confiance. Accepter la présence d’une ou plusieurs caméras, dans un environnement qui fonctionne en vase clos, ce n’est pas toujours facile.”

Lire aussi: Un millier d’hommes pour un GIGN nouvelle génération d’ici au printemps 2021

Ce n’est d’ailleurs pas le seul projet de l’entreprise qui a dû se faire sans subvention. La justice a également récemment débouté La Concepteria pour sa contestation du refus du CNC de subventionner les documentaires  “Naturisme: un mode de vie” et “Le 14 juillet dans l’histoire”.

Qualité artistique pas suffisante

Pour le film sur le GIGN, le CNC avait pointé l’insuffisante qualité artistique du projet. Plus précisément, le CNC avait déploré, sévèrement, un “manque de travail d’écriture, de documentation, de préparation ainsi que d’un manque d’analyse, de mise en perspective et de distance par rapport au sujet traité. De même, le CNC regrettait des “propos très généraux”. “Les synopsis et narrations très peu approfondis présentant une succession de séquences au fil des opérations avec un suivi factuel et descriptif sont insuffisamment développés pour faire émerger un point du vue d’auteur ou de choix de réalisation suffisamment intéressants”, concluait-il. 

Pas sûr pour autant que le refus d’attribution de ces subventions nuise vraiment aux affaires de l’animateur quinquagénaire spécialisé dans la dénonciation des arnaques. “L’argent n’a jamais été mon moteur, précisait-il cependant à l’occasion de son transfert de la chaîne C8 vers M6. Mais je reste un ultra-privilégié qui va continuer à très bien gagner sa vie.”

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.