jeudi 1 octobre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Ouverture dimanche du Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez
Le musée de la gendarmerie à Saint-Tropez (Crédit : S.D/L'Essor)
Le musée de la gendarmerie à Saint-Tropez (Crédit : S.D/L'Essor)

Ouverture dimanche du Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez

Le Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez, installé dans l’ancienne gendarmerie à l’entrée de la célèbre ville balnéaire, ouvrira ses portes le dimanche 26 juin au public.

Cette caserne, qui a abrité les gendarmes et leurs familles pendant 124 ans, reste la gendarmerie la plus photographiée de France. Elle a servi de décor aux aventures cinématographiques du célébrissime “Gendarme de Saint-Tropez” : six opus de 1964 à 1982, soit 40 millions d’entrées uniquement pour la France.

L’inauguration du musée se déroulera sans ses deux principaux protagonistes : Louis de Funès, le maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot (décédé en 1983) et Michel Galabru (décédé en janvier 2016), l’adjudant Jérôme Gerber, qui ont tourné dans les six films de la série.

L’inauguration officielle devrait lieu samedi avec Patrick Préjean (maréchal des logis Perlin dans “Le Gendarme et les gendarmettes” en 1982), ou de France Rumilly, connue pour son rôle de la religieuse en cornette Soeur Clotilde qui roule en 2 CV. Elle sera accompagné par le cascadeur qui la doublait, Rémy Julienne.

 “Le Gendarme de Saint-Tropez” continue à faire rire au-delà des frontières françaises : il jouit en particulier d’une immense popularité dans les pays de l’Est, particulièrement en République tchèque. Il a même été doublé en chinois.

Au fil des ans, la façade de la gendarmerie, qui a déménagé en 2003 pour s’installer à deux pas de la place des Lices, était devenue le rendez-vous quotidien de milliers de touristes qui se font photographier. Le musée a d’ailleurs conservé la célèbre façade pour installer un bâtiment entièrement nouveau pour un budget  de 1,6 million d’euros sur 800 mètres carrés.

La statue du maréchal des logis-chef Cruchot accueillera les visiteurs (4 euros l’entrée) qui pourront admirer un  bureau de la gendarmerie des années 60. Un panneau explicatif présentera l’histoire du bâtiment et de la brigade de Saint-Tropez, tandis qu’une salle de projection présentera la saga des gendarmes, avec des extraits de films et des interviews d’acteurs.

Le musée doit aussi rendre hommage à une sélection des quelque 70 films tournés à Saint-Tropez, sans oublier ceux de Brigitte Bardot. L’actrice qui incarna une jeune fille émancipée dans “Et Dieu… créa la femme”, filmé en  1956 à Saint-Tropez, y acheta deux ans plus tard sa propriété de La Madrague.

Un espace du musée sera aussi consacré à la Nationale 7 conduisant à Saint-Tropez, la grande route des vacances encensée dans de nombreux films. Un autre sera consacré au port tropézien à travers les films, baptisé dans les années 50 le “nouveau Saint-Germain-des-Prés” par le monde artistique,

L’occasion aussi d’évoquer le monokini né à Saint-Tropez. L’ancien village de pêcheurs attire chaque année 6 millions de visiteurs de 85 nationalités.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *