dimanche 27 septembre 2020
Accueil / Société / Un otage français tué au Niger en 2011 déclaré « Victime du terrorisme »

Un otage français tué au Niger en 2011 déclaré « Victime du terrorisme »

La mention « Victime du terrorisme » a été inscrite sur l’acte de décès d’Antoine de Léocour, l’un des deux Français tués en janvier 2011 lors d’une prise d’otages au Niger, par un arrêté du ministre de la justice publié jeudi au Journal officiel.

Antoine Lamour Béchet de Léocour, 25 ans, avait été tué le 8 janvier 2011 de plusieurs balles de kalachnikov par ses ravisseurs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui tentaient de fuir les forces spéciales françaises.

Quelque 110 personnes, tuées notamment lors des attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015 à Paris, de celui de Nice le 14 juillet 2016 ou d’attentats commis à l’étranger, ont déjà été déclarées « Victimes du terrorisme ».

Cette mention, créée en décembre 2012, peut figurer – avec l’accord des ayants droit – sur l’acte de décès de la victime de nationalité française tuée lors d’attentats sur le territoire français ou à l’étranger. Elle permet aux enfants des « Victimes du terrorisme » de prétendre au titre de pupille de la Nation.

Vincent Delory, 25 ans, l’autre otage français avait péri brûlé vif dans l’incendie du 4×4 des ravisseurs qui le transportait. Sa famille demande inlassablement depuis 2011 des éclaircissements sur les circonstances de son décès. Des pièces relatives à l’intervention des forces spéciales françaises ont été déclassifiées dans le cadre de l’instruction judiciaire ouverte.

pmg

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *