mardi 13 avril 2021
Accueil / A la Une / Orléans: trois ans de prison ferme pour refus d’obtempérer, délit de fuite et violences contre un gendarme
A Orléans, un jeune homme de 22 ans a été condamné à trois ans de prison ferme (Photo: Flickr)
A Orléans, un jeune homme de 22 ans a été condamné à trois ans de prison ferme (Photo: Flickr)

Orléans: trois ans de prison ferme pour refus d’obtempérer, délit de fuite et violences contre un gendarme

Double refus d’obtempérer, délit de fuite et violences contre un gendarme… Jugé en comparution immédiate vendredi 26 février devant le tribunal d’Orléans, un jeune homme domicilié à Saint-Jean-de-la-Ruelle a été condamné à trois ans de prison ferme. Outre la gravité des faits, le pedigree du prévenu n’a pas plaidé en sa faveur. Récidiviste pour la plupart des faits reprochés, l’homme a déjà sept condamnations à son casier.

Course-poursuite

Les événements ont eu lieu le 12 février dans la soirée. Ce jour-là, malgré le couvre-feu en vigueur, ce jeune homme de 22 ans emprunte le véhicule de sa sœur. Il embarque quatre amis. Stationnés sur la chaussée à Chécy, dans la périphérie d’Orléans, les cinq individus se sustentent d’un kebab lorsqu’un véhicule de Gendarmerie les dépasse. Les contrevenants prennent peur. Le prévenu démarre alors et s’engagent à grande vitesse dans les rues de la bourgade, tous feux éteints. Sirène enclenchée, les gendarmes prennent immédiatement en chasse la voiture qui emprunte un rond-point à contresens.

Arrivé sur la rocade d’Orléans, le chauffeur accélère encore. Selon les gendarmes, il monte jusqu’à 180 km/h. Après avoir pris la sortie Orléans centre, il est cependant contraint de ralentir en raison de la présence d’un automobiliste devant lui. D’abord distancés, les gendarmes le rattrapent et parviennent à boquer la voiture. Un des militaires sort pour contrôler les contrevenants. C’est alors que le prévenu lui aurait foncé dessus, le contraignant à faire usage de son arme. Si une enquête est en cours à ce sujet, les débats ont tourné autour de cette manœuvre. Le prévenu assurait ainsi qu’il avait effectué une marche arrière pour se dégager. Le gendarme, toujours en arrêt de travail, soutient qu’il a foncé sur lui.

D’après La République du Centre, l’avocate de la défense a montré des vidéos au tribunal pour tenter d’étayer la thèse de son client. De courts extraits “inopérants” d’après le conseil de la partie civile. Il a rappelé que “foncer sur un gendarme, ce sont des violences volontaires”.

Lire aussi: Un capitaine de gendarmerie condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis

Le tribunal suivra finalement les réquisitions du procureur en condamnant le prévenu à trois ans de prison ferme.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. DRAILLET

    Encore une bonne nouvelle ,merci monsieur le juge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.