mardi 13 avril 2021
Accueil / A la Une / Orange rafle le marché des smartphones des gendarmes
Photo d'illustration (Crédit photo: Selwyn van Haaren / Unsplash).
Photo d'illustration (Crédit photo: Selwyn van Haaren / Unsplash).

Orange rafle le marché des smartphones des gendarmes

Orange vient à nouveau de rafler le marché des smartphones des gendarmes et des policiers. On prend donc (presque) les mêmes et on recommence.

Belle nouvelle pour Orange ! L’opérateur vient de remporter un très gros marché de smartphones et de tablettes d’une valeur de plus de 84 millions d’euros. Attribué le 22 février, ce contrat concerne les gendarmes, mais également les policiers, l’administration pénitentiaire, les agents de l’Office français de la biodiversité et le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale. 

Lire aussi: La course au successeur du Sony Xperia X, le smartphone des gendarmes, est lancée

126.000 terminaux

Orange était en compétition avec trois autres firmes pour ce marché. Son montant a été sérieusement revu à la baisse, puisque l’avis de marché faisait mention d’un marché d’un montant attendu de 123 millions d’euros pour près de 126.000 terminaux à louer pour les forces de sécurité intérieure. Les gendarmes avaient eux estimé leurs besoins en location de téléphones dans une fourchette allant de 55.000 à 130.000 smartphones. Une commande clé pour les gendarmes. Ils ambitionnent de faire de leurs téléphones portables un véritable bureau mobile avec le programme NeoGend.

En 2018, le précédent marché avait été attribué à Sony et Orange face notamment à Samsung. La place Beauvau avait alors choisi les smartphones Xperia X et tablettes Xperia Z4. “Des terminaux robustes, à l’autonomie supérieure et aux excellentes qualités en matière d’image”, avaient alors loué les deux entreprises. Des commentaires élogieux qui avaient d’ailleurs suscité l’ironie de certains de nos lecteurs…

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Desbois

    En espérant que le smartphone qui sera alloué ne sera pas du même acabit que l’ Xpéria X utilisé actuellement ! N’y aurait il pas possibilité de tester sur le terrain les divers modèles mis en concurrence et ce, avant de s’attaquer au tarif ? Je pense que cela n’est pas “la mer à boire”, surtout pour un contrat initial de 123 millions d’euros.
    Mais peut être est-ce réalisé… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.