mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Société / Obsèques de Franck Brinsolaro, le policier tué à Charlie Hebdo : un professionnel exceptionnel
Obsèques de Franck Brinsolaro à Bernay (photo Sophie Desmares).

Obsèques de Franck Brinsolaro, le policier tué à Charlie Hebdo : un professionnel exceptionnel

Les obsèques de Franck Brinsolaro, le policier de 49 ans tué dans la salle de rédaction de Charlie Hebdo alors qu’il assurait la protection du dessinateur Charb, ont eu lieu ce jeudi matin à l’église Sainte-Croix de Bernay dans l’Eure.

Parmi les nombreuses personnalités, on notait notamment la présence du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, de Jean-Marc Falcone, directeur général de la Police nationale, du colonel Emmanuel Valot, commandant le groupement de gendarmerie de l’Eure, de Bruno Lemaire, député (UMP) de l’Eure et ancien ministre de l’Agricultur e, d’Hervé Maurey, sénateur-maire de Bernay et de Jean-Louis Destans, président  (PS) du Conseil général de l’Eure.

Plusieurs journalistes du groupe de presse Publihebdos assistaient à la cérémonie en soutien à leur collègue Ingrid, veuve du policier et rédactrice en chef de l’hebdomadaire local l’Eveil normand.

La cérémonie religieuse, célébrée par l’évêque d’Evreux Christian Nourrichard, était retransmise à l’extérieur où se tenaient quelques centaines de personnes sous une pluie battante.

“Protéger la vie des autres au risque de sa propre vie”

Le cercueil est arrivé à l’église, précédé de motards de la Gendarmerie et de la Police, dans un véhicule des pompes funèbres sur lequel on pouvait lire des affichettes “Je suis Franky”. Pendant la cérémonie, l’évêque a souligné “Quelle admirable profession que d’accepter de protéger la vie des autres au risque de sa propre vie. Il y a là une preuve d’amour qui suscite notre reconnaissance”.

Un collègue a également rendu hommage au défunt, membre du service de la protection (ex-SPHP), en rappelant “Il est aisé d’être à la tête d’hommes de bonne volonté, dotés d’un caractère entier d’un professionnalisme et d’une rigueur exemplaire, prêts au sacrifice ultime pour l’accomplissement de leur mission. Au cours d’un stage de formation, tu me fis part, alors qu’on préparait des fonctionnaires pour les envoyer à Beyrouth, de ton agacement face à l’insouciance de certains, qui ne prenaient pas au sérieux les risques éventuels qu’ils encouraient en couvrant ce type de mission. Franck, désormais, nul ne prendra plus les recommandations des formateurs à la légère comme s’il avait fallu une preuve que cela pouvait arriver.”

“Des hommes animés par le sens du devoir et plein de bonne volonté”

Il ajoutait “Entier, fier et droit, tu l’étais dans tout ce que tu accomplissais. Ainsi, tu parcourus les années, du commissariat de Bobigny à la BAC 93, des gardes d’ambassades au SPHP avec passion et exemplarité, comptant parmi les meilleurs dans chacune des spécialités que tu as embrassées. Partout tu as tissé des liens d’amitié forts avec tes collègues, présents à leurs côtés. A la lumière de ton expérience, tu as su les guider pour qu’ils deviennent à ton image, les meilleurs d’entre nous. Frères d’arme, tu les as accompagnés dans les moments de joie et de peine. Aujourd’hui, c’est eux, c’est nous, qui sommes là pour toi pour te dire combien nous t’avons aimé.

Aujourd’hui, la France entière entière découvre que sa Police est composée d’hommes animés par le sens du devoir et pleins de bonne volonté. Il y a bien longtemps que nous en avions la certitude. Tu faisais preuve d’une belle et noble ouverture d’esprit, qui t’avait permis de gagner l’estime de nombre de personnalités dont la protection te fut confiée.

A sa famille, à ses enfants, à son fils, je dirais combien ils peuvent être fiers de lui. A Ingrid, son épouse, que nous n’oublierons jamais Franck. Car les années pourront passer, nous serons toujours là pour témoigner à sa fille de l’homme et du professionnel exceptionnel qu’il a été. Fidèle à son amitié, nous saurons être fidèles à sa mémoire.”

La cérémonie achevée, les collègues du défunt ont porté le cercueil recouvert du drapeau tricolore, sous les applaudissements des Bernayens.

Mardi le président Hollande a rendu hommage à Franck Brinsolaro en lui remettant, à titre posthume, les insignes de chevaliers de la Légion d’honneur.

S.Desmares

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.