mercredi 12 août 2020
Accueil / Société / Nouvelles déclassifications dans le dossier des deux journalistes français tués au Mali en 2013
Illustration confidentiel Défense
Illustration confidentiel Défense

Nouvelles déclassifications dans le dossier des deux journalistes français tués au Mali en 2013

Une vingtaine de messages de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), en rapport avec l’enquête sur le meurtre des deux journalistes de RFI tués en 2013 au Mali, viennent d’être déclassifiés par le ministre de la Défense, selon les informations de L’Essor de la Gendarmerie.

Au début de l’année 2016, Jean-Yves Le Drian avait donné le feu vert à une première série de déclassifications. Cent documents (notes télégrammes, fiches …) principalement de la DGSE, mais aussi de la Direction du renseignement militaire (DRM) et de la Direction de la protection et la sécurité de la défense (DPSD, ex-Sécurité militaire) avaient alors été déclassifiés.

Le ministre de la Défense a de nouveau suivi l’avis de la Commission du secret de la défense nationale (CSDN) favorable à la déclassification, rendu le 16 mars 2017. Cette déclassification porte sur 21 messages de la DGSE datant du 8 novembre 2013 au 18 novembre 2016.

Jean-Yves Le Drian, comme le veut la loi, s’était tourné le 24 février 2017 vers la CSDN après deux requêtes en déclassification d’août 2016 émanant du juge Jean-Marc Herbault, successeur du juge Jean-Marc Trévidic au pôle antiterroriste du tribunal de Paris. Le juge Trévidic, muté fin 2015 au tribunal de Lille avait fait la première demande de déclassification courant 2015, suivi d’effet au début de 2016.

La CSDN a donc rendu un avis favorable à ces deux requêtes du juge Herbault. Cette commission indépendante, dont les avis sont consultatifs, a rendu par ailleurs, lors de la sa réunion du 16 mars, un avis défavorable à la déclassification d’autres documents de la DGSE qui lui était présentés par le ministère de la Défense.
Les quelque 280 avis rendus par la CSDN depuis sa création ont été suivis plus de neuf fois sur dix par les autorités concernées (Elysée, Matignon, Bercy, Brienne, Beauvau …).

Ghislaine Dupont, 57 ans, reporter radio et Claude Verlon, 57 ans, ingénieur du son, tous deux à RFI, ont été enlevés, puis tués par balles le 2 novembre 2013 à Kidal, dans le nord du Mali. Après avoir mené une enquête préliminaire sur ce double assassinat, le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire en avril 2014. La famille des deux victimes et leurs collègues ont à plusieurs reprises dénoncé la « lenteur » de l’instruction. Les familles et les journalistes de RFI ont également protesté contre le « retard» du ministère de la Défense (tutelle de la DGSE, de la DRM et la DPSD) à communiquer les documents classés secret défense à la Commission du secret de la défense nationale pour qu’elle puisse rendre son avis.

Pierre-Marie GIRAUD

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *