mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / Nice : marche blanche en hommage à la policière municipale tuée lors d’un braquage

Nice : marche blanche en hommage à la policière municipale tuée lors d’un braquage

Entre 250 et 300 personnes, selon les organisateurs, ont défilé lundi sur la Promenade des Anglais en hommage à la policière municipale Aurélie Fouquet, tuée lors d’un braquage, à l’initiative du maire UMP de Nice Christian Estrosi qui a réclamé au gouvernement “des explications” après l’évasion samedi du braqueur Redoine Faïd.

L’édile, qui est également président national de la Commission consultative des polices municipales, était accompagné d’une vingtaine d’élus dont le député Eric Ciotti, quelque 150 policiers municipaux ainsi que par des militants UMP des Alpes-Maritimes notamment. Ils ont marché en silence jusqu’au Monument aux morts de Nice. Après un dépôt de gerbe en mémoire d’Aurélie Fouquet, les manifestants ont respecté une minute de silence.

“Depuis samedi, en tant que président de la Commission nationale consultative des polices municipales de France, j’ai reçu des centaines d’appels et de témoignages. Je mesure l’incompréhension, l’émotion, mais aussi la colère qui submerge notre pays”, a déclaré Christian Estrosi avant d’entamer la marche. “Comment accepter qu’un homme, condamné à 18 ans de prison pour de multiples braquages, qui en plus est venu clamer haut et fort sur les plateaux de télévision qu’il était parfaitement réinséré, s’évade, alors qu’il était par ailleurs présumé impliqué dans l’assassinat d’un policier?”, s’est-il insurgé. “Le gouvernement nous doit des explications” et “doit la vérité aux polices municipales de France. J’ai donc souhaité organiser cette marche blanche, pour demander à la ministre de la Justice de faire toute la lumière sur ce qui a pu conduire à cette situation inacceptable, d’expliquer aux Français les raisons de cette évasion”, a-t-il précisé.

De son côté, Yves Bergerat, secrétaire général adjoint du Syndicat national de la Police municipale qui participait à cette marche blanche, s’est dit choqué par l’évasion de Redoine Faïd. “Nous aurions bien aimé qu’il soit jugé, ne serait-ce que pour le compagnon et la famille d’Aurélie Fouquet, alors que là il va se retrouver à nouveau dans la nature, on ne sait pas pour combien de temps”, a-t-il dit.

Redoine Faïd, 40 ans, était détenu à la prison de Sequelin (Nord) notamment pour la tentative d’attaque à main armée qui a coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, 26 ans, en mai 2010 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Il s’est évadé samedi à l’aide d’explosifs et de façon spectaculaire.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.