vendredi 7 mai 2021
Accueil / A la Une / Morbihan: la mobilisation des autorités pour empêcher une rave-party le week-end du 1er mai
Les gendarmes ont eu vent de l'organisation d'une rave-party le week-end du 1er mai (Photo: Facebook/Gendarmerie du Morbihan).
Les gendarmes ont eu vent de l'organisation d'une rave-party le week-end du 1er mai (Photo: Facebook/Gendarmerie du Morbihan).

Morbihan: la mobilisation des autorités pour empêcher une rave-party le week-end du 1er mai

Le retour des rave-party en Bretagne? C’est en tout cas ce que redoutent les gendarmes du Morbihan. Quatre mois après la tenue d’un événement de ce type en Ille-et-Vilaine, ils mettent en garde sur Facebook.

Et rappellent que la préfecture vient de prendre un arrêté. Ce dernier interdit les rassemblements festifs à caractère musical sur tout le département du 29 avril jusqu’au 3 mai. En outre, la circulation de véhicule transportant du matériel “sound system” est également interdite pendant la même période. Ce, sur l’ensemble des réseaux routiers du Morbihan.

Un dispositif de contrôle renforcé pour empêcher la tenue d’une rave-party

La mesure, justifiée par le contexte sanitaire, a été prise alors que la gendarmerie départementale a eu vent de l’organisation d’une rave-party pour le week-end du 1er mai. Elle prévoit donc de mettre en place un dispositif de contrôles renforcé pour prévenir tout rassemblement interdit dans le cadre de l’arrêté préfectoral.

Pour rappel, malgré une forte mobilisation policière, quelque 2.500 “teufeurs” s’étaient rassemblés, du 31 décembre au 2 janvier, dans un hangar à Lieuron, en Ille-et-Vilaine. L’intervention des gendarmes avait déclenché des incidents. Les militaires avaient notamment essuyé des jets de projectiles occasionnant des blessures légères. Un de leur véhicule avait été incendié, et trois autres dégradés.

Lire aussi: Comment les gendarmes des Yvelines traquent les contrefaçons avec une application inédite

Placé en détention provisoire, un jeune homme de 22 ans suspecté d’être l’un des organisateurs a été remis en liberté le 22 janvier. L’affaire avait fait grand bruit. Depuis, les gendarmes redoublent de vigilance.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.