mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Société / Montigny : levée de la garde à vue de cinq personnes soupçonnées de heurts avec la Police

Montigny : levée de la garde à vue de cinq personnes soupçonnées de heurts avec la Police

Les gardes à vue de cinq personnes, soupçonnées d’avoir participé aux heurts avec les forces de l’ordre jeudi à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais), après la mort d’un habitant tué par la Police lors de son interpellation, ont été levées, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Béthune. Les cinq jeunes hommes gardés à vue se sont vu délivrer vendredi soir et samedi matin des convocations devant le tribunal pour dégradations, outrages, rébellions, violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, et, pour l’un d’entre eux, usage de stupéfiants, a-t-on indiqué de même source.

Les jeunes hommes, qui contestent l’intégralité des faits, ont été confrontés à des policiers, mais chacun est resté sur ses déclarations antérieures, selon le parquet de Béthune. Des incidents entre riverains et forces de l’ordre avaient éclaté après la mort de Lahoucine Ait Omghar, 26 ans, soupçonné d’avoir commis jeudi matin une tentative d’extorsion dans un hôtel proche de Cambrai (Nord) et tué par balle lors de son interpellation alors qu’il tentait de s’en prendre à un policier avec une paire de ciseaux. Cinq balles auraient été tirées par les policiers présents lors de l’interpellation, mais une seule aurait causé un impact mortel, selon les premiers résultats d’autopsie et de balistique recueillis vendredi.

Le parquet de Béthune a ouvert samedi matin une information judiciaire pour tentative de vol avec arme, vol avec violences, tentative d’homicide volontaire sur les policiers et homicide volontaire, a-t-il déclaré. L’IGPN (Inspection générale de la police nationale), la “police des polices”, avait quant à elle été saisie vendredi matin “pour effectuer une enquête parallèle sur les circonstances de l’intervention des services de police et ce qui a amené le déclenchement des tirs”, selon le parquet. La famille du jeune homme tué, qui a réclamé “justice” lors d’une marche blanche vendredi, a contacté le cabinet de Me Eric Dupond-Moretti et souhaite se constituer partie civile, a indiqué par ailleurs le parquet de Béthune.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.