mardi 26 janvier 2021
Accueil / Société / Mission parlementaire pour donner plus de place à la sécurité privée
Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. Crédit photo: ministère de l'Intérieur.
Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur (Photo/ministère de l'Intérieur).

Mission parlementaire pour donner plus de place à la sécurité privée

Deux députés LREM, l’ancien chef du Raid Jean-Michel Fauvergue et l’avocate Alice Thourot, sont chargés d’une mission par le gouvernement pour donner plus de place aux acteurs privés de la sécurité dans le cadre de partenariats avec les forces de l’ordre, a annoncé lundi Gérard Collomb. “Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère pour la sécurité globale“, a affirmé le ministre de l’Intérieur, en ouverture des 5e assises nationales de la sécurité privée, à l’Ecole militaire à Paris.

Cette mission a été confiée aux députés de la Seine-et-Marne Jean-Michel Fauvergue et de la Drôme Alice Thourot.

Jean-Michel Fauvergue
Le député (LREM) et ancien chef du Raid, Jean-Michel Fauvergue (Photo/GT/ L’Essor).

Favorable à une sécurité publique nouant davantage de partenariats, notamment dans le cadre de la future Police de sécurité du quotidien, M. Collomb souhaite que cette mission travaille sur “plusieurs pistes“.

Pourquoi ne pas envisager de déléguer un certain nombre de missions actuellement exercées par les forces de sécurité à vous, les acteurs privés?“, a interrogé le ministre qui souhaite la “définition d’une doctrine d’emploi de la sécurité privée en France“.

Nous ne devons rien nous interdire“, a ajouté M. Collomb qui cite comme pistes de travail, “la protection de certains bâtiments sensibles ou le transport de scellés dangereux“. “Autre axe de réflexion important: le déploiement des forces de sécurité privée aux abords des lieux dont elles assurent la surveillance“, a complété M. Collomb.

Lire aussi sur L’EssorPolice de sécurité du quotidien : une “énième réforme” ?

Sans évidemment aller jusqu’à donner aux acteurs privés une compétence générale de sécurisation de la totalité de la voie publique, je crois que, de manière pragmatique, nous devons ouvrir la réflexion sur la question du champ d’intervention des agents de sécurité privée“, a expliqué le ministre. Celui-ci plaide pour que la mission parlementaire travaille “sur les dispositifs opérationnels associant Polices nationales, polices municipales et acteurs de la sécurité privée et les échanges d’informations opérationnelles entre ces différents acteurs“.

Enfin, “un des chantiers les plus fondamentaux“, est “le partage de l’information et du renseignement, entre les différents acteurs de la sécurité“, a souligné Gérard Collomb. “Dans le cadre de la sécurité du quotidien, un protocole sera prochainement signé pour développer les échanges d’information entre Police, Gendarmerie, et référents des entreprises de sécurité privée“, a-t-il détaillé.

Gérard Collomb doit annoncer jeudi, au sein de l’Ecole militaire, la réforme de la Police de sécurité du quotidien (PSQ), promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.