lundi 27 mai 2019
Accueil / A la une / Mise en examen des compagnons de Mathieu Caizergues : sa famille espère “la vérité” (vidéo)

Mise en examen des compagnons de Mathieu Caizergues : sa famille espère “la vérité” (vidéo)

Mathieu Caizergues (crédit photo: Famille Caizergues).
Mathieu Caizergues (crédit photo: Famille Caizergues).

La mise en examen des compagnons de randonnée de Mathieu Caizergues, un gendarme mobile disparu à La Réunion en juin 2017, était attendue. C’est désormais chose faite : ce mercredi 11 juillet, un sous-officier et l’époux d’une gendarme ont été mis en examen pour non-assistance à personne en danger.

Lire aussi sur L’EssorDisparition de Mathieu Caizergues : un gendarme et le mari d’une gendarme mis en examen pour “non assistance en personne en danger”

Nous demandions depuis le premier jour la mise en examen pour non-assistance à personne en danger, explique à L’Essor Delphine Caizergues, la mère de Mathieu. Enfin, nous allons avoir des réponses, peut-être la vérité, et la justice pour notre fils. Nous ne cherchons pas à faire tomber des têtes, à faire mettre des personnes en prison, on demande la vérité. S’ils ont commis l’irréparable, qu’ils le disent, qu’ils soulagent leur conscience. Nous, nous avons besoin de savoir, cela fait un an que Mathieu n’est plus là.”

Lire aussi sur L’EssorLa déclaration du décès de Mathieu Caizergues ravive la douleur de la famille

Le gendarme a disparu en juin 2017

En juin 2017, Mathieu Caizergues, un gendarme mobile de l’escadron 45/3 de Saint-Amand-Montrond (Cher)  est détaché pour quelques mois à la brigade de La Possession, sur l’île de La Réunion. Avec deux compagnons, il part le 23 juin pour une randonnée sur un sentier montagneux près du cirque de Mafate. Selon les déclarations des mis en examen, Mathieu sera vu pour la dernière fois à une demi-heure de marche du parking, le lieu de rendez-vous convenu pour la fin de leur sortie sportive.

Le corps de Mathieu n’a toujours pas été retrouvé. Le comportement de ses deux compagnons va lui intriguer les enquêteurs. Ils sont partis sans l’attendre et n’ont alerté les secours qu’en début de soirée, une fois de retour en ville. Les deux hommes ont expliqué que leurs batteries de téléphone portable étaient déchargées.

Pour l’avocat de la famille Caizergues, “leur comportement est inexplicable et il y a trop d’éléments troublants”. “Nous faisons confiance à la justice réunionnaise, conclut Delphine Caizergues. Nous savons que l’enquête a été menée très minutieusement, et nous leur demandons de poursuivre dans cette lignée, pour aboutir enfin à la vérité.”

Gabriel Thierry

A voir également

Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)

La réforme de la sécurité de l’Elysée inquiète le créateur du GSPR

La future direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR) inquiète le colonel (ER) Alain Le Caro, le créateur du GSPR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !