vendredi , 18 juin 2021

Gendarme à Mayotte (Photo d’illustration /Gendarmerie).
Gendarme à Mayotte (Photo d’illustration /Gendarmerie).

Mayotte: sept jeunes condamnés après un guet-apens contre les gendarmes en 2017

Des peines allant jusqu’à 12 ans de prison. La justice a eu la main ferme lundi 3 mai, à l’heure de condamner des jeunes qui avaient caillassé des gendarmes à Labattoir sur l’île de Petite-Terre (Mayotte), il y a quatre ans.

Cette nuit-là, les accusés prennent pour cible des logements de gendarmes mobiles. Un dispositif se met en place afin de mettre fin au caillassage et interpeller les jeunes. À sa tête, le commandant en second de la gendarmerie locale, le lieutenant-colonel Olivier Pech, aujourd’hui colonel. Mais son véhicule tombe dans une véritable embuscade. Une pierre brise la vitre de sa voiture et le blesse gravement au visage. Il doit être évacué en urgence vers La Réunion avec un traumatisme crânien. Aujourd’hui remis, le militaire a subi de lourdes interventions chirurgicales. Il a perdu la moitié de l’acuité visuelle de son œil droit.

Douze ans de réclusion criminelle pour le meneur

Initialement, la justice avait d’ailleurs ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire. Les prévenus étaient finalement poursuivis pour violences avec guet-apens ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de huit jours avec usage ou menace d’une arme sur une personne dépositaire de l’autorité publique. 

Sept individus âgés de 19 à 26 ans se retrouvaient donc convoqués devant le tribunal de grande instance de Mamoudzou. Le procès, à huis clos, a débuté le 27 avril. Deux d’entre eux ont écopés de douze et de dix ans de réclusion criminelle. Ils ont été reconnus coupable pour l’un, d’avoir monté le projet d’agression contre les gendarmes, pour l’autre, de l’avoir exécuté en envoyant un pavé de 700 grammes dans la vitre du véhicule du lieutenant-colonel Pech.

Ce sont les peines les plus lourdes prononcées à l’encontre des prévenus. Le meneur présumé, de nationalité comorienne, s’est vu en outre notifié une interdiction définitive du territoire français. Trois autres prévenus ont écopé d’un an de prison. Un autre, de 4 mois. Un huitième mis en cause, âgé de 13 ans au moment des faits, a par ailleurs été renvoyé devant le tribunal pour enfants.

Lire aussi: Mayotte: procès du guet-apens ayant visé le numéro deux des gendarmes

“Ce phénomène de bandes à Mayotte est un véritable cancer”

“Cela me paraît juste et cohérent, notamment cette interdiction du territoire français pour le principal accusé, qui s’en prend aux forces de l’ordre, et donc au symbole de la France”, a déclaré à l’AFP Olivier Pech, présent au procès en tant que partie civile. “Ce phénomène de bandes, à Mayotte, est un véritable cancer. Il faut couper cette chaîne de contamination qui s’auto-alimente”, a-t-il ensuite ajouté auprès de nos confrères de France Info la 1ere.

Contactée par L’Essor, l’avocate des victimes, Pauline Ragot, confirme: “Mes clients se satisfont de la décision rendue par la Cour d’assises de Mayotte qui a condamné les 2 acteurs principaux à des peines de 10 et 12 ans de réclusion criminelle, avec pour l’un d’eux une interdiction définitive du territoire français. Ce 14 mai 2017, les gendarmes ont été ciblés pour ce qu’ils représentaient. C’est à dire l’autorité publique de notre pays. Ils ont aujourd’hui réellement le sentiment que la Justice a pris la mesure de la gravité des faits commis.”

One comment

  1. Force doit rester à la loi. Les auteurs de violences sur les forces de notre pays doivent écoper de peines exemplaires, point barre. La justice ne doit pas fléchir face à tous ces actes de violences dont sont victimes les policiers et gendarmes (entre autre). Quand on voit tout ce qu’il se passe dans l’actualité, cela donne à réfléchir….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.