dimanche 16 mai 2021
Accueil / A la Une / Le maire de Castillon-la-Bataille à la recherche de “ses” gendarmes mobiles
L'avis de recherche publié par le maire de Castillon-la-Bataille.
L'avis de recherche publié par le maire de Castillon-la-Bataille.

Le maire de Castillon-la-Bataille à la recherche de “ses” gendarmes mobiles

Mais où sont les trois gendarmes mobiles promis avec la zone de sécurité prioritaire ? Le maire de Castillon-la-Bataille (Gironde), Jacques Breillat, est fatigué de guetter la disponibilité intermittente de ces renforts. Après avoir interpellé Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, sur les moyens alloués aux zones de sécurité prioritaire, et envoyé une lettre au préfet, l’élu (Les Républicains) de cette commune de 3.000 habitants tente d’obtenir une réponse avec un avis de recherche humoristique.

Jacques Breillat (crédit photo: mairie de Castillon-la-Bataille).
Jacques Breillat (crédit photo: mairie de Castillon-la-Bataille).

Interrogé par L’Essor sur les raisons de la publication de ce faux avis de recherche, sur les réseaux sociaux et dans les commerces de sa ville via une centaine d’affiches, Jacques Breillat explique les raisons de sa colère:

“Ces trois gendarmes mobiles sont une variable d’ajustementJe n’ai aucune lisibilité sur leur présence, et je suis placé devant le fait accompli, sans explication. Pourtant, ce sont des renforts substantiels.”

En 2013, la zone de sécurité prioritaire de Libourne, en zone Gendarmerie, est étendue aux communes de Castillon-la-Bataille, Sainte-Foy-la-Grande et Pineuilh. Un classement synonyme d’effort partagé : les communes financent des équipements de vidéosurveillance et l’embauche de deux médiateurs, tandis que la Gendarmerie prévoit, selon le maire de Castillon-la-Bataille, un renfort de seize gendarmes mobiles sur ce territoire, dont trois pour sa commune.

Forte visibilité

“Ces gendarmes mobiles sont déployés en soirée ou le week-end, quand il n’y a pas d’autres forces de sécurité, souligne Jacques Breillat, ancien officier de réserve dans l’armée de terre. Ils ont une forte visibilité et un savoir-faire : leur absence est donc remarquée.” Mobilisés pour d’autres opérations, comme par exemple récemment la gestion de crise de l’ouragan Irma, les gendarmes mobiles disparaissent régulièrement du territoire communal.

Lire aussi sur L’Essor : Comment la Gendarmerie renforce son action après le passage d’Irma

En fait, le caractère aléatoire de leur présence est prévu dès le départ. En 2012, lorsque le gouvernement de François Hollande lance ce dispositif, une mesure phare du quinquennat, il promet des renforts de “moyens dédiés”. Mais, précise l’exécutif, “les unités de force mobile mobilisées pour y assurer des missions de sécurisation” sont celles “non engagées dans des actions de maintien de l’ordre”.

Une nuance au cœur du problème constaté aujourd’hui par le maire de Castillon-la-Bataille. En creux, l’avis de recherche de cet élu local est surtout sévère sur les marges de manœuvres permises par les zones de sécurité prioritaires, censées être fondées sur “une démarche décentralisée”. L’élu l’affirme : “Nous avons un niveau de partenariat local très satisfaisant avec la compagnie de Gendarmerie et la sous-préfecture”. Mais, ajoute-t-il, “il y a des logiques nationales non planifiées qui déséquilibrent ces partenariats”.

Gabriel Thierry

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.