mardi 18 juin 2019
Accueil / Société / L’Oclaesp s’investit à l’échelle européenne
Le cargo TK Bremen échoué sur la plage de Kerminihy à Erdeven (Morbihan) (Crédit photo: Oclaesp).
Le cargo TK Bremen échoué sur la plage de Kerminihy à Erdeven (Morbihan) (Crédit photo: Oclaesp).

L’Oclaesp s’investit à l’échelle européenne

L'écusson de l'Oclaesp (Crédit photo: GT/L'Essor).
L’écusson de l’Oclaesp (Crédit photo: GT/L’Essor).

La criminalité environnementale se joue des frontières. Les 71 enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) n’ignorent pas ce constat. Et ils ont justement décidé de mettre les bouchées doubles à l’échelle européenne pour contrer les atteintes à l’environnement, la quatrième forme de criminalité à l’échelle mondiale derrière le trafic de stupéfiants, la traite des êtres humains et à la contrefaçon.

Lire aussi sur L’Essor : La Gendarmerie en première ligne contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (actualisé)

Cet office, rattaché à la sous-direction de la police judiciaire de la Gendarmerie, a été nommé “driver” en tant que représentant de la France, c’est-à-dire tête de file, pour l’ensemble des actions concernant les atteintes à l’environnement de l’Union européenne de 2018 à 2021. Pendant ces quatre années, l’Oclaesp est chargé de définir, d’animer et de coordonner les opérations conduites par les Etats partenaires contre la criminalité environnementale, une des dix priorités européennes en matière de sécurité sur cette période.

Sept axes

Un enquêteur de l'Oclaesp (Crédit photo: GT/L'Essor).
Un enquêteur de l’Oclaesp (Crédit photo: GT/L’Essor).

Concrètement, ce programme dénommé “Empact Envicrime” est décliné en sept axes validés au début de l’année 2018. Les thèmes du renseignement, des activités opérationnelles, prévention et renforcement des capacités, de la coopération avec des Etats tiers, de la fraude documentaire, de la criminalité financière et de la vente en ligne de biens et de services illégaux rassemblent 17 actions.

Par exemple, il s’agit d’aider l’agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes Frontex à s’investir contre les pollutions maritimes en Méditerranée. Des policiers italiens vont également mettre au point un logiciel pour assister les enquêteurs dans leurs recherches contre les trafics de déchets. Ou enfin mettre sur pied une base de données européenne en matière d’environnement facilitant l’échange d’informations entre les polices de l’Union.

Autant de chantiers qui, salue le lieutenant-colonel Christophe Le Gallo, adjoint au chef de l’office, permettent “la mise en réseau” des différentes polices européennes impliquées. Le modèle de l’Oclaesp, une structure où la police judiciaire est prégnante, pourrait d’ailleurs faire tâche d’huile chez nos voisins européens désireux de renforcer leur action policière sur ce thème. Et ainsi conduire à davantage d’actions opérationnelles ciblant les trafiquants.

Gabriel Thierry.

A voir également

L'un des centres opérationnels d'Anticip. Photo Anticip.

Vents favorables pour la société Anticip, dirigée par un ancien du GIGN

Anticip, dirigée par l'ancien GIGN Cyrille Peguilhan de Sartoux, vient de nouer une alliance avec CEIS et est sur les rangs pour racheter Risk & Co.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !