dimanche 25 octobre 2020
Accueil / Société / Limoges : un commissaire de police se suicide dans son bureau
véhicule de police
Photo d'illustration (L'Essor).

Limoges : un commissaire de police se suicide dans son bureau

Le numéro 3 de la police judiciaire de Limoges s’est suicidé avec son arme de service dans son bureau dimanche. Le commissaire, “chef des divisions opérationnelles du SRPJ” de Limoges, âgé de 44 ans et père de quatre enfants, s’est donné la mort dans son bureau de l’hôtel de police de Limoges, a-t-on précisé de source policière, confirmant une information du Populaire du Centre.

“Il s’agissait de son second poste en tant que commissaire et il était arrivé de Nantes au mois de mars”, a précisé le procureur de la République de Limoges Michel Garrandaux. Son corps sans vie a été découvert dimanche vers midi par le directeur adjoint du SRPJ de Limoges, une “blessure mortelle à a tête”, selon le parquet. Le corps a été remis à l’institut médico-légal qui devra confirmer les circonstances du décès.

Une lettre à l’attention de sa famille

Sur les raisons du suicide le procureur a expliqué que l’intéressé avait “laissé sur son bureau une lettre à l’attention de sa famille dans laquelle il exprimait des raisons personnelles l’ayant conduit à ce geste, et où il fait part de difficultés auxquelles il ne parvenait pas à faire face”. Une source judiciaire ayant eu connaissance du document assure que dans ce courrier, le commissaire “aux états de service impeccables”, ne met “en aucune façon en cause sa hiérarchie”, mais dit éprouver des difficultés, dont le fait “qu’il ne se sentait pas à la hauteur”.

Ses collègues n’avaient pas anticipé le geste de cet homme, qui a également été en poste dans les Hauts-de-Seine. “C’était un commissaire extrêmement travailleur, investi, doué d’un sens de l’humain très marqué, du sens du collectif aussi. C’était un type magnifique, tout autant dans le travail que d’un point de vue personnel. Un type à qui le boulot ne faisait pas peur. Ce matin, dans tous les services de l’hôtel de police de Nantes, nous sommes tous dévastés”, a déclaré Thierry Guion de Meritens, adjoint à la direction départementale de la sécurité publique de Nantes.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.